Le fait divers du jour : il avait percé un mur pour filmer sa belle-fille nue pendant 15 ans

FAITS DIVERS

VOYEURISME - Un homme a été condamné à 2 ans de prison avec sursis, après avoir avoué être accroc au voyeurisme et avoir filmé la fille de sa compagne à travers un trou dans le mur pendant 15 ans. Elle avait 10 ans lorsqu’il a commencé.

Il collectionnait les images de sa belle-fille. Un homme de 45 ans vient de s'expliquer mercredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse sur son penchant pour le voyeurisme et son obsession de collectionner des images de jeunes femmes nues, révèle le site de La Dépêche du Midi . Dans sa collection, il n’a pas hésité à y inclure des images et vidéos de la fille de son épouse.

Espionnée dès ses 10 ans

L'homme a reconnu observer et filmer les membres de sa famille à leur insu depuis une quinzaine d'années. "Je plaçais mon téléphone dans la salle de bains pour pouvoir les filmer…", explique le prévenu. Membre de la famille préféré de son obsession : sa belle-fille à qui il portait une attention toute particulière. Il avait même percé un trou dans le mur pour pouvoir l'observer tranquillement alors qu’elle n’avait que 10 ans lorsqu’il a commencé.

C'est cette enfant devenue femme aujourd’hui, qui a découvert son manège en novembre 2013. La victime a également compris que son beau-père collectionnait les photos d'elle dénudée depuis des années, mais aussi des vidéos qui remontent pour certaines à pré-adolescence vers l'âge de 12 ans.
"Je suis comme un collectionneur, j'ai besoin d'amasser, de trier les photos par catégorie", a expliqué cet homme devant le tribunal.

"Un vrai moment de pédopornographie"

Une vidéo a particulièrement retenu l’attention de l'avocate de la partie civile. "C'est un vrai moment de pédopornographie", dénonce-t-elle. La jeune femme a rompu les liens avec son beau-père et a porté plainte en décembre 2013. Toujours choquée de cette découverte, elle n'a pas souhaité se présenter à l'audience. Interpellé et placé en garde à vue, l'homme a reconnu les faits sans toutefois prendre conscience de leur gravité, explique le parquet. "Absence de regrets, note le procureur. Mais également cet homme n'assume pas ses responsabilités !"

"Il a entamé des soins et a pris conscience de ses problèmes psychologiques, voir psychiatriques" a de son côté assuré la défense. Le beau-père a été condamné à 2 ans de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Parmi ses obligations fixées par les juges, le suivi d'un traitement médical et l'interdiction d'entrer en contact avec sa belle-fille. Il devra aussi la dédommager à hauteur de 6 000 euros. La partie civile avait sollicité 20 000 euros au titre des dommages et intérêts "pour une vie brisée et une enfance volée."

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers du jour
 

Lire et commenter