Le fait divers du jour : le caporal filmait ses collègues sous la douche

Le fait divers du jour : le caporal filmait ses collègues sous la douche
FAITS DIVERS

JUSTICE - Un caporal de 29 ans du 40e régiment de transmission de Thionville a été arrêté la semaine dernière. Il est poursuivi pour avoir filmé ses collègues féminines sous la douche.

Metronews a fait le tour de la presse et vous livre le fait divers du jour...

Sa technique était simple : il glissait son portable sous les cabines de douche et filmait à leur insu ses collègues nues. Mais le 9 août, au camp militaire de Mailly (Aube), où plusieurs unités étaient en manœuvre, une jeune sergent-chef a pris le voyeur la main dans le sac...

Le caporal de 29 ans incriminé n'en était pas à son coup d'essai, expliquent France Bleu Lorraine et l 'Est Républicain qui révèlent l'affaire ce mardi. Un peu plus tôt durant la journée, une militaire avait également été surprise par le portable glissé sous la porte de douche. Mais l'homme avait réussi à prendre la fuite avant qu'elle ne sorte. Sa deuxième tentative lui sera en revanche fatale, la victime ayant cette fois réussi à l'interpeller.

"Cela va à l'encontre de nos valeurs"

Placé en garde à vue, le militaire du 40e régiment de transmission de Thionville a reconnu les faits. "Cela va à l’encontre de nos valeurs, c’est inacceptable, a réagi dans le journal local le lieutenant-colonel Diberain. Il y a des femmes et des hommes au 40e RT, et il n’y a jamais eu d’ambiguïté. D’ailleurs, nous sommes un régiment très féminisé avec 15 % de personnels féminins". Une "sanction significative" a été demandée. Depuis la publication d'un livre de témoignages chocs sur les violences sexuelles au sein de l'armée française* , la Grande muette assure en effet être très vigilante face à ce type d'affaire.

Les deux victimes ont déposé plainte. Le caporal a de son côté été présenté au parquet de Reims. Il est mis en examen pour atteinte à la vie privée par fixation d’images, ainsi que trois autres délits spécifiquement militaires. Il encourt jusqu’à dix ans de prison.

*La Guerre invisible (éd. Les Arènes et Causette)

Lire et commenter