Le fait divers du jour : un restaurateur menacé de mort car il voulait servir... de l'écureuil grillé

Le fait divers du jour : un restaurateur menacé de mort car il voulait servir... de l'écureuil grillé

DirectLCI
GASTRONOMIE - Le Belge Jos Hubau voulait servir de l'écureuil dans son restaurant. Mais face à l'indignation des défenseurs des animaux, il a renoncé à cuisiner le petit rongeur.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Un ragoût d'écureuil au whisky, ça vous tente ? C'est ce que Jos Hubau, un cuisinier flamand, voulait servir à partir de la semaine prochaine à ses clients dans son restaurant situé à Kluisbergen, en Flandre-Orientale. Mais c'était avant que les défenseurs des animaux ne viennent lui chercher des noise(tte)s.

"Bourreau d'animaux"

Car ce Belge avait vanté sa nouvelle carte à la radio MNM et dans le quotidien Nieuwsblad, tentant de communiquer son enthousiasme : "J'ai goûté de l'écureuil pour la première fois il y a quelques années, et j'ai trouvé ça vraiment délicieux. Plus tard, quand j'ai vu que je pouvais en obtenir via un grossiste, j'ai pensé que je devais donner une chance à ce repas". Jos Hubau promettait de ne pas pas prendre ses clients par surprise : "Je préviendrai toujours les gens quand j'en servirai en bouchée apéritive par exemple. Mais je n'attends pas de problèmes".

Des problèmes, le chef en a pourtant bien eus. "En l'espace de deux heures, j'ai reçu pas moins de vingt menaces ! La plupart anonymes, qui allaient de 'bourreau d'animaux' à 'j'saurai bien te trouver'", a-t-il raconté à la Dernière heure . Il a bien cru que la sienne était venue. Son épouse et son fils ayant été également menacés, le restaurateur a finalement décidé de retirer le rongeur de sa carte. "Je n’avais pas l’intention d’aller chasser moi-même ces écureuils. De ma vie, je n’ai jamais tenu un fusil en mains”, a-t-il plaidé, soulignant également que ce n'était pas un écureuil roux, mais gris, celui dont la Grande-Bretagne a autorisé la consommation car il était en surpopulation, qu'il voulait faire mijoter. Pas de quoi en faire tout un plat selon lui.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter