Le gardien d'un centre éducatif du Limousin mortellement poignardé

Le gardien d'un centre éducatif du Limousin mortellement poignardé

DirectLCI
FAIT DIVERS - Le Vieux collège de Magnac-Laval accueille des jeunes en grandes difficultés, mais pas réputés dangereux. Dans la nuit du 10 au 11 janvier, son gardien n'en a pas moins été retrouvé dans une marre de sang, victime de résidents, ou pas.

Le veilleur de nuit du Vieux collège de Magnac-Laval, un centre éducatif de la Haute-Vienne, a été retrouvé mort dans la nuit du 10 au 11 janvier. Alertés vers minuit après qu'un jeune du centre a "entendu du bruit", les gendarmes ont découvert le corps du sexagénaire lardé de coups de couteau. Il travaillait dans l'établissement depuis une douzaine d'années.

Des ados entendus par les gendarmes

Sept ados de ce centre d'accueil pour mineurs, généralement placés là au titre de la protection de l'enfance, sont actuellement en garde à vue. Tous pensionnaires de l'internat, ils sont âgés de 13 à 16 ans. Alors que leurs auditions étaient en cours, sur le terrain, les gendarmes tentaient de retrouver l'arme du crime, y compris en draguant la rivière voisine, pour l'heure en vain.

Le quotidien régional Le Populaire indique que sous la houlette de l'aide sociale à l'enfance, le Vieux Collège prend en charge des enfants et forme des adolescents "en danger". Jusque ici sans le moindre problème, selon un responsable de Centre éducatif de formation professionnelle (CEFP) au micro de France Info . Certes, le Vieux collège accueille une soixantaine de jeunes Franciliens en difficulté, par leur caractère, par leur comportement à l'école ou du fait de leur contexte familial, mais rien ne faisait redouter un tel drame.

La piste d'intrus n'est pas exclue

Aucune piste n'est exclue. Pour la nécessité de l'enquête, sept résidents ont été placés en garde à vue, mais le procureur a souligné qu'il n'y avait à ce stade "pas de lien probant" avec ces jeunes gens. Toutes les pistes restent envisagées, a-t-il indiqué, y compris celle d'un (ou de) meurtrier extérieur(s) à l'établissement. Seule certitude d'après les indications du magistrat : le corps de la victime baignait dans une mare de sang, signe sans doute d'un certain acharnement. L'autopsie en dira plus.

Plus d'articles