Le GIGN délivre un bébé retenu par son père qui s'immole : un gendarme d'élite raconte l'assaut

FAITS DIVERS
DirectLCI
RÉCIT - Le GIGN est intervenu en Haute-Vienne jeudi pour délivrer une fillette retenue par son père. La fillette a été extraite saine et sauve avant que son père ne s'immole. A l'occasion du défile du 14 Juillet, un des gendarmes d'élite a raconté l'assaut du GIGN à Denis Brogniart sur TF1.

On ne voit jamais leurs visages. Cachés par une cagoule. Les hommes du GIGN restent dans l'ombre et parlent peu. C'est pour cette raison que ce récit d'un des gendarmes d'élite est rare. Dans les coulisses du défilé du 14 Juillet, l'un d'entre eux a raconté à Denis Brogniart l'assaut du GIGN jeudi dans la Haute-Vienne. Un homme, qui retenait en otage sa  fillette âgée de un an est mort après s'être immolé par le feu. Le GIGN est parvenu de justesse à sauver l'enfant, sain et sauf. 


"C’était la raison d’être du GIGN. Une libération d’otage dans le centre de la France. On est appelés parce qu’un père retient son enfant en otage. Il la menace  avec un couteau. On sent que la situation va se dégrader on est projetés très rapidement sur place en hélicoptère, raconte ce gendarmes du GIGN. "Après notre arrivée sur zone, la négociation n’aboutit pas. On décide de lancer un assaut et bien nous a pris. Au moment  où on lance l’assaut le père s’immole. Deux gendarmes du GIGN se sont interposés entre le père et l’enfant et parviennent à sauver l’enfant."


L'homme retenait depuis le matin sa fillette au domicile de ses beaux-parents à La Roche-L'Abeille, village de 600 habitants à une trentaine de km au sud de Limoges, où il avait fait irruption plus tôt dans la matinée.  C'est là que se trouvait notamment son ex-compagne, avec l'enfant, et le grand-père de la fillette. 

Un membre du GIGN "très légèrement blessé"

"S'en sont suivies des violences au cours desquelles la maman et le grand-père sont parvenus à s'extraire pour se réfugier dans le voisinage immédiat", a indiqué la gendarmerie. L'homme est alors resté seul avec  l'enfant. Après l'échec des négociations entamées par les gendarmes, dont une trentaine étaient déployés sur place, le Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), arrivé sur place en milieu d'après-midi, a finalement donné l'assaut vers 16h45 et extrait la fillette du domicile. L'homme a été découvert mort, le corps brûlé.


Un membre du GIGN a été "très légèrement blessé" au cours de l'assaut, selon la gendarmerie qui n'a pas donné plus de détails. Le parquet de Limoges a indiqué jeudi soir qu'une enquête en flagrance, confiée à la Section de recherche de la gendarmerie de Limoges, avait été ouverte pour établir les circonstances du drame. Une autopsie du corps de l'homme sera réalisée dans les prochains jours.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

14 Juillet : l'édition spéciale sur TF1 et LCI

Sur le même sujet

Lire et commenter