Le Mont Saint-Michel évacué à cause d'un homme qui voulait "tuer du flic" : enquête ouverte pour menace de mort

FAITS DIVERS
DirectLCI
MISE A L'ABRI - Une opération de gendarmerie a totalement paralysé ce dimanche le Mont Saint-Michel. Les forces de l'ordre recherchaient un individu décrit par des témoins comme menaçant. Après une minutieuse sécurisation, le site a rouvert en milieu d'après-midi. Selon nos informations, une enquête en flagrance a été ouverte pour menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique a été ouverte.

Une vaste opération de gendarmerie a nécessité l'évacuation du très touristique Mont Saint-Michel dimanche pendant près de 6 heures. Les forces de l'ordre étaient à la recherche d'un individu signalé par des témoins qui aurait proféré des menaces de mort à l'encontre des forces de l'ordre. L'individu n'est pas décrit comme armé. 


L'homme au comportement suspect serait monté à bord d'une navette conduisant au Mont Saint-Michel. Il était alors aux alentours de 7h45. Descendu du bus, il se serait volatilisé après qu'un guide ait donné l'alerte. Un hélicoptère a été dépêché sur place tandis que le service de navettes a été stoppé. Les Les visiteurs ont été mis à l'abri par précaution.   

L'abbaye fermée et le Mont évacué

"Un individu est rentré sur le Mont-Saint-Michel. Il a proféré devant un cafetier des menaces assez précises contre les forces de l'ordre. Il a été vu sur les remparts de la ville", a précisé le préfet de la Manche, Jean-Marc Sabathé, à nos confrères de France Info. "Pour lever le doute, j'ai décidé de fermer l'abbaye, où il y a des offices religieux et de faire évacuer le Mont."


Il a aussi indiqué qu'un hélicoptère en survol était chargé de vérifier si l'homme qui "se serait présenté comme un animateur de rue" ne profite pas de la marée basse pour s'enfuir. "Je fais ratisser maison par maison pour vérifier si cet individu n'est pas encore sur le Mont-Saint-Michel. Il est possible que l'individu ait quitté avec le Mont avec le flot de touristes." 

Contacté par LCI, un journaliste d'une radio locale Denis Surfys, témoin de la scène, a commenté les événements sur place. "Les forces de l'ordre sont présentes. Il y a la présence de deux hélicoptères de la gendarmerie, dont un en stationnaire au-dessus du Mont depuis 9h ce matin. Tout est bouclé. Les gens ne peuvent pas aller sur le Mont Saint-Michel. Les clients ont été évacués. Les seuls qui restent se retrouvent confiés dans les chambres", a-t-il témoigné. 


L'évacuation du site s'est déroulée dans le calme. "Les gendarmes n'étaient pas affolés. Les gens n'ont pas réalisé l'ampleur de l'évacuation. On n'était pas du tout rassuré mais il n'y a pas eu d'affolement", a-t-il ajouté, regrettant malgré tout le manque d'informations. "Ils étaient très désorganisés. Il n'y avait pas de navette pour nous évacuer. On a été obligé de partir de nous-mêmes à pied. Je pense que tout le monde a été pris de cours pour ces événements d'aujourd'hui", a-t-il conclu. 

L'homme a sans doute pu quitter les lieux

Après plusieurs heures de fouille, le Mont a pu rouvrir sans que personne ne soit arrêté. Le préfet de la Manche, Jean-Marc Sabathé, a indiqué que les recherches n'avaient pas permis d'appréhender le suspect, "a priori un jeune homme entre 20 et 30 ans" qui a sans doute quitté les lieux. "Toutes les maisons ont été vérifiées, tous les endroits publics et privés ont été inspectés par les forces de gendarmerie. J'ai la quasi-certitude qu'il n'y est pas".  


Selon nos informations, une enquête en flagrance a été ouverte pour menace de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique. L'homme aurait en effet indiqué qu'il voulait "tuer du flic".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter