Le RC Lens met à pied "à titre conservatoire" Nicolas Douchez pour ses violences présumées

DirectLCI
DÉCISION - Après sa mise en examen pour violences en état d'ivresse, Nicolas Douchez, qui sera jugé poru ces faits en février 2018, a été mis à pied "à titre conservatoire" par le Racing Club de Lens, rapporte à l'AFP.

Le RC Lens, formation de Ligue 2, a pris la décision jeudi 2 novembre de mettre à pied "à titre conservatoire" son gardien Nicolas Douchez, pour les violences présumées envers une femme le 26 octobre à Paris qui vaudront au footballeur un procès en février 2018  devant le tribunal correctionnel, a annoncé le club à l'AFP. Une annonce qui accompagne celle de la défense de l'ancien gardien du PSG, qui a déposé plainte ce jeudi à Paris pour violation du secret de l'instruction. Son avocate, Caroline Toby, dénonce un "emballement médiatique" ayant relayé des "faits inexacts".


Sa plainte contre X vise de possibles fuites de procédures qui ont alimenté un article du site web du Parisien et dont la reprise importante sur internet "a gravement porté atteinte à la présomption d'innocence" estime-t-elle. "Or, ce préjudice est la conséquence directe d'une violation manifeste du secret de l'enquête", affirme la plainte que l'AFP a pu consulter. Le Parisien, rapportant les constatations des forces de l'ordre et les premières déclarations de la victime présumée, faisait état d'une scène d'une grande violence.

Le joueur convoqué par son club le 9 novembre prochain

Le club nordiste a indiqué dans un communiqué tranmis à l'AFP avoir "engagé ce jour une procédure disciplinaire à l'égard de Monsieur Nicolas Douchez". Il "est convoqué le 9 novembre prochain, pour être entendu sur les faits [...] et leur impact au regard de ses obligations vis-à-vis du club". A l'issue de cette convocation, "le club prendra une décision quant à l'éventuelle sanction pouvant être infligée au joueur", a ajouté la formation lensoise.


Retrouvé en état d'ébriété, Nicolas Douchez, ancien sociétaire du Paris Saint-Germain, avait été interpellé et placé en garde à vue le 26 octobre dernier dès 5h30, au commissariat du XVIIe arrondissement, pour "violences conjugales".  Cette circonstance aggravante n'avait toutefois pas été retenue, la jeune femme n'étant ni sa concubine, ni son épouse.


Selon l'avocate de Nicolas Douchez, la victime présumée est revenue sur ses accusations lors de leur confrontation. Toujours selon la défense du footballeur, les traces de sang retrouvées dans l'appartement sont celles de Nicolas Douchez, se blessant en brisant un meuble. La femme de 27 ans n'a finalement pas porté plainte et n'a pas souhaité faire examiner ses blessures par l'unité médico-judiciaire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter