Le Telegram d'Adel Kermiche parle encore...

FAITS DIVERS
TERRORISME - Le co-auteur de l'attentat de Saint-Etienne du Rouvray est bel et bien mort, mais sur Telegram, des messages sont toujours envoyés depuis son compte. Les enquêteurs cherchent un complice.

Une semaine après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, plusieurs messages ont été diffusés via le compte Telegram d'Adel Kermiche, un des deux tueurs. Mardi 2 août, à 21h51, une personne non-identifiée s'est connectée sur le compte de Kermiche et a publié plusieurs documents, révèle L'Express , qui a pu consulter ces messages avant qu'ils ne soient supprimés.

Les premiers posts publiés sur l'application communicative préférée des terroristes consistent en trois photos : une de Khaled Kelkal , terroriste algérien, membre du GIA et impliqué dans la vague d'attentats qui a touché la France en 1995. Une capture d'écran de la vidéo de revendication de Kermiche et d'Abdel Malik Petitjean. Et un portrait de Larossi Aballa, le terroriste qui a tué les deux policiers à leur domicile de Magnanville. Tout ceci accompagné de ce message : "Qu'Allah bénisse les lions solitaires".

EN SAVOIR + >>  C'est quoi Telegram, cette appli de messagerie chiffrée ?

Un ou plusieurs complices ?

S'en suit un message audio, d'une durée de moins de deux minutes. Un homme, qui n'est pas Adel Kermiche, s'exprime dans un français sans accent. Il félicite ceux qu'il nomme "frères" pour leurs "opérations". La voix continue : "On s'est habitué au sang, on s'est habitué à la guerre, on s'est habitué à beaucoup de choses", précisant qu'"ici, des sœurs, des enfants et des hommes" se réjouissent des attentats. Tous ces messages ont été supprimés dix minutes plus tard.

La seule façon de pouvoir publier quoi que ce soit avec le compte d'Adel Kermiche aujourd'hui, c'est soit d'avoir ses identifiants, soit que ce dernier ait autorisé quelqu'un à être "co-administrateur" du compte. En tout cas, la piste d'un complice est ouverte.

A LIRE AUSSI
>>
Adel Kermiche finalement enterré au Danemark ?
>> 
Les analyses toxicologiques des terroristes "négatives"
>> 
"Quand Adel est rentré de Turquie, il s’est renfermé sur lui-même"

Lire et commenter