Les accusés de l'affaire Alexandre Junca : Claude Ducos, le chasseur qui a démembré le corps ?

FAITS DIVERS
JUSTICE – Cinq ans après la découverte du corps démembré d’Alexandre Junca, 13 ans, quatre personnes comparaissent devant les assises de Pau à partir de mardi. Mickaël Baehrel et Christophe Camy sont jugés pour l’avoir frappé à mort, Fatima Ennajah pour ne pas avoir dénoncé le crime et caché le corps, Claude Ducos pour l’avoir démembré. Metronews revient sur le parcours de chaque accusé...

Dans les premières heures, les policiers pensent à une fugue. Ses proches, eux, n’y croient pas. Les heures défilent, les jours… Un avis de recherche et des moyens considérables sont lancés pour retrouver Alexandre Junca, 13 ans, disparu le 4 juin 2011 au soir, à Pau. Il est filmé pour la dernière fois alors qu'il roule à vélo par des caméras de vidéosurveillance du centre-ville. Trois semaines plus tard, un fémur est découvert dans la rivière du Gave. Les analyses confirment l’indicible : l'os appartient à l’enfant. Les restes du corps seront retrouvés en octobre. Plus de soixante enquêteurs vont être mobilisés sur l’affaire. Un travail long et complexe qui finira par payer. Cinq après la disparition d’Alexandre Junca, quatre personnes seront jugées devant la cour d’assises de Pau à partir de mardi . Deux sont accusées d’avoir tué à coups de marteau Alexandre pour lui voler son portable. Une autre d’avoir caché le corps et le dernier, de l’avoir démembré pour s’en débarrasser. 

► Claude Ducos, l'énigmatique chasseur
Claude Ducos est le doyen des accusés. Agé de 77 ans, il est retraité d’une entreprise d’électricité sous-traitante de la SNCF. Issu d’une fratrie de 8 enfants, ce passionné de chasse a passé son enfance dans l’exploitation agricole familiale à Cabidos (Béarn) dans laquelle il vit encore avec son frère et sa belle-sœur. L’homme parle peu mais se montre serviable. On le dit entier, un peu bourru. Voilà Claude Ducos tel que ses proches le connaissent. Le reste, il le garde pour lui. Son homosexualité, il la vit loin des regards. Donne des rendez-vous près des Halles à des jeunes marginaux qu’il paye contre quelques fellations. Mickaël Baehrel en fait partie. Mais lui occupe une place à part dans le cœur de celui que les expertises ont décrit comme un homme "plus émotif qu’affectif". Selon France Bleu, Claude Ducos conserve même une photo de lui dans son portefeuille. Il en serait tombé amoureux. Au point de l’aider à faire disparaître le corps ?

La nuit du crime, Mickaël Baehrel a tenté de le joindre à plusieurs reprises. En vain. Mais le lendemain, les analyses téléphoniques du vieux chasseur montrent qu’il s’est retrouvé près du domicile de la compagne de Baehrel, Fatima Ennajah, où le cadavre aurait été caché. Deux mois après les faits, il a également mis à la casse une de ses voitures, pourtant en bon état, et en a vendu une autre aux Pays-Bas. Selon Baehrel, il s’agirait des véhicules qui auraient servi à transporter le corps. Car l’ancien amant accuse le retraité de s’être débarrassé du cadavre. L’intéressé clame son innocence. "Oui il y a des éléments qui peuvent interpeller mais sur lesquels il s'expliquera. Il n'y a aucune preuve matérielle", fait valoir son avocat Me Bousquet. Des perquisitions ont en effet été menées dans la ferme Ducos où de nombreux outils pouvant servir à l’entreprise macabre ont été trouvés. Mais aucun ADN n’a été découvert. Seule certitude pour les experts scientifiques, le démembrement a été réalisé par une personne qui devait "nécessairement avoir une connaissance particulière de la découpe des animaux". Le chasseur encourt trois ans de prison. 

LE PARCOURS DES AUTRES ACCUSÉS
>>  Mickaël Baehrel, l'ultra violent 
>>  Christophe Camy, le voleur de portable 
>>  Fatima Ennajah, une femme à la dérive

EN SAVOIR + 
>>  LE DIRECT : suivez notre journaliste sur place
>> Procès Alexandre Junca : l'horreur au détour d'une rue 

Lire et commenter