Les incohérences du témoignage d'Hayet, l'amie de Jawad

Les incohérences du témoignage d'Hayet, l'amie de Jawad

DirectLCI
DECRYPTAGE – Une amie proche de Jawad Bendaoud s’est confiée à BFM TV en racontant quand et comment le logeur présumé des terroristes, à Saint-Denis, a été informé de leur venue. Un témoignage qui pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

Drôle d’endroit pour une soirée pyjama. C’est pourtant dans ce squat défoncé de Saint-Denis, qui aura servi de planque aux terroristes des attentats de Paris, que Hayet affirme avoir passé la soirée du 13 novembre en compagne de Jawad B., propriétaire informel des lieux. Après avoir passé quatre jours en garde à vue dans les locaux de la direction générale de la sécurité intérieure, la jeune femme s’est confiée aux caméras de BFM TV. Elle raconte comment son ami, déféré devant le juge ce mardi après six jours de garde à vue, a été informé de l’arrivée des djihadistes, une fois leurs tueries accomplies.

"Le jour des attentats du Stade de France, je devais dormir chez Jawad. Chacun dans son lit, on est des amis, hein. Il était de bonne humeur. Il m’a dit de me mettre en pyjama et il est parti chercher son ordinateur pour qu’on regarde un film." Mais quand il revient, Jawad a changé d’attitude. Face caméra, Hayet poursuit : "Il est revenu sans l’ordinateur, énervé. Il m’a dit ‘rhabille-toi, en fin de compte, on va dormir chez mon pote en haut." Afin d’expliquer ce changement de dernière minute, Jawad lui aurait alors confié : "Ecoute, je suis dans la merde. C’est un pote, il m’a dit de les héberger parce qu’ils reviennent de Belgique. Ils ont besoin de se reposer et d’un peu d’eau pour faire leurs prières." Hayet ajoute encore :"Vu comment l’appartement était préparé, je pense qu’il avait quelque chose à voir et qu’il était au courant."

EN SAVOIR +
>> Jawad B. mis en examen et incarcéré
>> Jawad B., le logeur présumé des terroristes, déjà condamné pour "coups mortels"

 Des matelas dans l’appartement ?
Quelques minutes avant son interpellation, Jawad explique aux caméras de BFM TV comment il en est venu à prêter cet appartement : "Un ami m’a demandé d’héberger deux de ses potes pour quelques jours. J’ai dit qu’il n’y avait pas de matelas, ils m’ont dit ‘c’est pas grave’, ils voulaient juste de l’eau et faire la prière." Or, s’il n’y avait pas de matelas dans ce squat, pourquoi donc Hayet affirme-t-elle qu’elle et son ami s’apprêtaient à dormir dans deux lits, "chacun le sien" ?

 Les terroristes sont-ils arrivés vendredi ?
Après avoir reçu son mystérieux coup de téléphone, Jawad enjoint sa copine d’aller "dormir chez ses potes, en haut". Il lui aura donc demandé de quitter prestement les lieux. Une information qui laisse sous-entendre que les terroristes ont rejoint cette planque dès le soir des attaques. Or, selon les informations de l’Obs , Abdelhamid Abaaoud, l’instigateur présumé des attentats retrouvé mort dans les décombres, n’a obtenu les clefs de l’appartement que mardi soir. C’est Hasna Aitboulahcen, sa cousine elle aussi décédée dans l’assaut, qui les lui aurait apportées. Jusque-là, les fugitifs étaient vraisemblablement retranchés dans un squat d’Aubervilliers.

 Jawad B. au courant ?
C’est la principale information qui semble se dégager de cette interview. Pourtant, là encore, le bât blesse. Si Jawad était informé de l’arrivée imminente de "ses potes de Belgique", comme le suggère "l’appartement préparé" décrit par Hayet, pourquoi y aurait-il amené son amie, ce soir-là, pour "regarder un film" ?

Une version des faits qui a dû malgré tout convaincre les enquêteurs. Hayet elle-même l’assure : "s’ils m’ont relâché, c’est que je n’ai rien fait."

EN SAVOIR +
>> Suivez avec nous les événements en direct >> Attentats de Paris : les zones d'ombre qui subsistent > > Comment Jawad, le logeur des terroristes, faisait régner la terreur dans son quartier > > Abaaoud n'était pas seul dans le métro le soir des attentats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter