Levallois-Perret : Hamou B., qui envisageait un départ en Syrie, avait prémédité l'attaque des militaires

DirectLCI
ENQUÊTE – Le procureur de la République de Paris, François Molins, a confirmé ce mercredi en conférence de presse qu’Hamou B., principal suspect de l’attaque perpétrée le 9 août contre des militaires à Levallois-Perret, était proche de la mouvance terroriste.

La dimension terroriste de l’affaire ne faisait presque aucun doute, elle a été encore confortée ce mercredi. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a confirmé en conférence de presse qu’Hamou B., principal suspect de l’attaque à la voiture bélier perpétrée le 9 août contre des militaires de l'opération Sentinelle – six d’entre eux avaient été blessés, dont trois grièvement – à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), était bel et bien proche de la mouvance djihadiste. 


Si l’homme de 36 ans n’a toujours pas pu être entendu par les enquêteurs en raison de son état de santé (il avait été grièvement blessé par balle lors de son interpellation, ndlr), plusieurs éléments tendent à corroborer la préméditation de l’acte. "Les investigations menées depuis la commission des faits viennent non seulement étayer le caractère prémédité de cette attaque mais également son caractère terroriste", a déclaré le magistrat, devenu ces dernières années le visage de l’antiterrorisme français

Repérages, velléités de départ en Syrie et images de Daech

François Molins a ainsi rapporté que le ressortissant algérien avait effectué des repérages sur les lieux de l'attaque avec son véhicule BMW trois jours avant son passage à l’acte. "Le véhicule utilisé par Hamou B. se trouvait place de Verdun à Levallois-Perret le dimanche 6 août autour de 9H, puis après 15H, roulant à très faible allure", a indiqué le procureur. 


Mais là n’est pas la seule découverte troublante. Le djihadiste présumé était en effet proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, prônant une vision ultra-rigoriste et littérale de l’islam. Il avait  participé à plusieurs campagnes de propagande pour le compte de l’organisation en 2013 et 2014. Preuve encore des penchants radicaux du trentenaire, des images relatives à Daech ont été retrouvés dans son téléphone portable. 

En vidéo

Attaque à Levallois-Perret : un suspect au profil intriguant

L’analyse de l’appareil a par ailleurs permis de déterminer qu’Hamou B. s'était récemment "intéressé à des organisations terroristes" et semblait avoir des velléités de départ pour la Syrie, via la Turquie. Il s’était ainsi renseigné sur les démarches à effectuer pour obtenir un visa pour la Turquie, ainsi que sur des disponibilités d’hôtels de vols à destination d’Istanbul. 


"Le placement en garde à vue d’Hamou B. n’étant pas envisageable, selon les derniers avis médicaux, avant plusieurs jours voire plusieurs semaines et l’enquête de flagrance arrivant à son terme, mon parquet ouvre donc une information judiciaire contre [le suspect] des chefs de tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroristes criminels. Les investigations vont donc se poursuivre sous l’autorité du magistrat instructeur." 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter