L’imam de Saint-Etienne-du-Rouvray : "Adel K. n’a jamais mis les pieds dans la mosquée"

L’imam de Saint-Etienne-du-Rouvray : "Adel K. n’a jamais mis les pieds dans la mosquée"
FAITS DIVERS

INTERVIEW - Mohammed Karabila est l’imam de la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-maritime) et le président régional du culte musulman. Interrogé par metronews quelques heures après l’assassinat d’un prêtre au cours d’un attentat revendiqué par le groupe Etat Islamique, il dit avoir connu l’un des deux assaillants, même si celui-ci "n’a jamais mis les pieds dans la mosquée".

Les identifications des deux preneurs d'otages ne sont pas encore formellement établies. Dans l'attente des résultats des comparaisons des empreintes digitales, un nom circule. Cet homme, Adel K., aurait été reconnu par un témoin qui l'a rapporté aux policiers juste après l'attaque de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Cet homme avait été placé sous bracelet électronique après avoir voulu rejoindre en 2015 la Syrie. Refoulé à la frontière, il a été remis aux autorités françaises par les Turcs. Il était originaire de cette ville de Seine-Maritime.

A LIRE AUSSI >> Un des deux terroristes sous bracelet électronique ?

Metronews a interrogé Mohammed Karabila, l’imam de la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-maritime) et le président régional du culte musulman. Il dit avoir connu Adel K., même si, selon lui, ce dernier "n’a jamais mis les pieds dans la mosquée".

Quel est votre état d’esprit aujourd’hui, alors qu’un attentat vient de prendre pour cible un prêtre à Saint-Etienne-Du-Rouvray ?
Je suis abasourdi. Quand j’ai appris la nouvelle, mon cœur a failli sortir de ma cage thoracique. Ce qui s’est passé est incompréhensible : les lieux de culte sont censés être des remparts contre l’extrémisme. Aujourd’hui, je demande à mes concitoyens de ne pas céder aux amalgames, et je dirige mes pensées et mes prières vers cet homme qui a donné sa vie pour les autres.

EN SAVOIR + >>
Suivez en direct avec nous les derniers événements

Etiez-vous en contact avec la victime, le père Jacques Hamel ?
Evidemment, on échangeait, on discutait souvent ensemble. Regardez derrière moi : notre mosquée est collée à l’église, nous partageons une barrière ensemble. Ce n’est pas l’église où l’attentat a eu lieu mais ce que je veux vous dire, c’est qu’ici nous vivons toute l’année ensemble !

EN SAVOIR + >> PORTRAIT : qui était le père Jacques Hamel ?

Connaissiez-vous l’un ou l’autre des terroristes ?

Oui, je connaissais celui qui portait un bracelet électronique (Adel K., ndlr). Mais pas dans le cadre de la mosquée, ça non. Je suis formel, cette personne n’a jamais mis les pieds ici. Dans le cadre d’une association contre la radicalisation, des parents alarmés sont venus me trouver. Leur fils de 16 ans avait essayé de partir en Syrie, ils ne savaient pas quoi faire. Celui qui l’avait accompagné dans le voyage, c’était l’un de ces assaillants. A l’époque s’en sont suivies plusieurs plaintes et l’obligation, pour lui, de porter le bracelet électronique.

EN SAVOIR + >>  Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : l’un des deux terroristes sous bracelet électronique ?

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent