Limoges : gravement brûlée, une femme accuse sa cigarette électronique

Limoges : gravement brûlée, une femme accuse sa cigarette électronique

FAIT DIVERS – Une femme de 64 ans dit avoir été brûlée au 3e degré par la batterie de sa cigarette électronique qui a explosé dans sa poche le 6 septembre dernier à Limoges. Elle a fait procéder à un certificat médical et envisage des poursuites judiciaires.

Les dangers et l'utilité de la cigarette électronique font toujours débat. Mais les risques que présentent leurs batteries pourraient également faire polémique après la mésaventure arrivée à une femme de 64 ans, brûlée au 2e et au 3e degré le 6 septembre dernier. Selon cette habitante de Limoges, c'est l'explosion de la batterie de son e-cigarette qui est la cause de ses blessures.

Selon le Populaire du Centre , qui rapporte les faits, la sexagénaire était en train de regarder la télévision lorsque la batterie de sa cigarette électronique, qu'elle avait dans sa poche, a soudain explosé. Lui causant de graves brûlures à la hanche et au ventre.

Le fabriquant "étonné"

La victime dit avoir les preuves de l'accident : elle a fait procéder à un certificat médical aux urgences, et a gardé la batterie endommagée de son e-cigarette, ainsi que le pantalon qu'elle portait lors de l'incident, partiellement brûlé. La Limougeaude a pris contact avec un avocat qui lui a conseillé de porter plainte.

Interrogé, le fabriquant s'est dit "étonné par cette histoire", selon le Populaire du Centre, et veut prendre contact avec la victime. Cette dernière dit vouloir seulement "que cet accident ne puisse plus se reproduire". Et précise qu'elle n'a contre la cigarette électronique : "Elle m'a réellement apporté une aide à la sortie du tabac."
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : nouveau déluge de missiles la nuit dernière

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Traque dans les Cévennes : un homme armé toujours en fuite après un double meurtre

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Nordahl Lelandais condamné à 20 ans de réclusion

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.