Loi travail : des heurts en marge du cortège parisien

Loi travail : des heurts en marge du cortège parisien

CONTESTATION - Plusieurs milliers de personnes ont défilé mardi à Paris contre le projet de la loi Travail. Des incidents ont éclaté en marge de la manifestation.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé mardi à Paris contre le projet de loi travail. Des incidents ont éclaté en marge de la manifestation. Peu après 16 heures, la tête de cortège, composée des leaders syndicaux, est notamment arrivée seule place Denfert-Rochereau, le gros des manifestants ayant été bloqués un moment 200 mètres en amont, avant de se remettre en marche dans le calme.

Le cortège avait été arrêté près des boulevards Montparnasse et Raspail. Selon la préfecture de police, des projectiles avaient été lancés à proximité du métro Vavin. Les tirs de gaz ont enveloppé une partie de la manifestation d'une épaisse fumée blanche. Les CRS étaient masqués et casqués, les manifestants s'abritant de leur côté derrière des foulards, voire des masques chirurgicaux, des lunettes de piscine ou de ski, certains même coiffés de casques, ont constaté les journalistes de l'AFP. A l'arrivée à Denfert-Rochereau, des gaz lacrymogènes ont été tirés tandis que des jeunes au visage masqué criaient "tout le monde déteste la police", ont constaté des journalistes de l'AFP, faisant état également de jets de pavés.

Les services d'ordre des syndicats hués

La manifestation parisienne avait été entourée de fortes mesures de sécurité : outre la présence des forces de sécurité, de nombreux membres des services d'ordre des syndicats entouraient le cortège. Certains étaient équipés de matraques, selon plusieurs photos d'internautes publiés sur les réseaux sociaux, provoquant la colère d'un petit groupe de manifestants huant les services d'ordre. Le 12 mai dernier, des casseurs s'en étaient pris aux services de sécurité des syndicats en fin de manifestation, faisant dix blessés à la CGT et trois chez FO, selon les organisations. 

Avant le départ, les rues aux alentours de l'École militaire avaient été bouclées. A l'approche de Denfert, les CRS étaient pareillement positionnés à toutes les intersections. Les manifestants arborant souvent les couleurs d'un des sept syndicats ayant appelé à cette sixième journée d'action (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) fustigeaient la loi travail et le gouvernement: "Non à la casse du Code du travail, retrait du projet de loi", "49-3: Honte à toi Valls, PS de droite". "Ce que le pouvoir fait, la rue veut défaire", scandaient-ils, exigeant le "retrait" de la loi Travail. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

EN DIRECT - Covid-19 : 25 contaminations au variant Omicron désormais confirmées en France

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Covid-19 - Nouvelles restrictions sanitaires : comment ça se passe chez nos voisins européens ?

Présidentielle 2022 : que retenir du premier meeting de campagne d'Éric Zemmour ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.