Loi travail : un jeune homme blessé par une grenade de la police placé en sédation profonde

FAITS DIVERS

VIOLENCES POLICIÈRES - Un jeune homme a été blessé par une grenade de désencerclement lancée par un policier jeudi à Paris, en marge de la manifestation contre la loi Travail. Il se trouve toujours sous sédation profonde.

Victime d'une grenade lancée par un CRS, un jeune homme plongé en sédation profonde

Un homme a été blessé par une grenade de " désencerclement " jeudi 26 mai, lancée par un policier au sol en direction de la foule, en marge d'une manifestation contre la loi Travail à Paris, cours de Vincennes. L'homme ne serait pas un manifestant mais un journaliste indépendant qui filmait la manifestation, Go Pro vissée sur la tête.

Sur les images de la scène – filmées par plusieurs témoins et postées sur les réseaux sociaux  –, on peut voir le policier lancer la grenade et le jeune homme, situé à moins de deux mètres de lui, s'effondrer au sol. Il est rapidement secouru par un groupe de personnes qui le mettent à l'écart : sonné et la tête ensanglantée, il présente une hémorragie importante à la tempe, côté gauche. Il sera évacué par les pompiers et les forces de l'ordre vingt minutes plus tard, selon Le Monde .

"Un jeune homme a été sérieusement blessé" puis hospitalisé, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué . Ce samedi matin, on apprenait que l'état de la victime, âgée de 28 ans, ne s'était pas stabilisé, même si son pronostic vital n'était pas engagé : il souffre d'un œdème cérébral et se trouve sous "sédation profonde", selon une source proche de l'enquête. Il n'a pas pu être entendu par les enquêteurs.

Grenade défensive ou offensive ?

L'enquête, confiée à la "police des polices" (Inspection générale de la police nationale), saisie pour "violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique", devra déterminer s'il a été blessé par la grenade de désencerclement lancée par un policier et dans quelles circonstances le fonctionnaire l'a utilisée. Mais pour l'heure, malgré les vidéos qui en témoignent, "rien n’indique que le manifestant a été blessé en raison de l’intervention des fonctionnaires", insiste le parquet.

Selon les premiers éléments de l’enquête communiqués par le parquet de Paris au Monde, les forces de l’ordre ont bien eu recours "à une grenade de désencerclement", alors que la foule de manifestants était non violente. Mais selon une source policière, le groupe de policiers a été pris à partie par une centaine de manifestants et aurait tenté de se protéger. 

A LIRE AUSSI 
>> Enquête ouverte sur des violences policières contre une manifestante à Toulouse
>> Caen : nouvelles affaires de "violences policières"

Lire et commenter