VIDÉO - Personnes disparues : un avocat dénonce l'inefficacité du système français

FAITS DIVERS
DISPARITIONS - Le 18 mars 2016, Lucas Tronche disparaissait alors qu'il quittait son domicile du Gard. Ses proches se mobilisent pour tenter de le retrouver, et JCDecaux vient de déployer 700 affiches pour tenter de faire avancer l'enquête. Comme lui, de nombreux Français disparaissent tous les ans. Sur LCI, un avocat spécialisé dans les affaires classées et le président de l'association Manu évoquent les difficultés de poursuivre les enquêtes.

Alors qu'il devait rejoindre son frère à l'arrêt de bus proche du domicile familial, Lucas Tronche, 16 ans, s'est volatisé. Depuis sa disparition, il y a un an, sa famille remue ciel et terre pour le retrouver. Les enquêteurs, eux, sont dans l'impasse. Tous les ans, environ 50.000 mineurs disparaissent en France. En moyenne, l'un d'eux ne sera jamais retrouvé.


Invité sur le plateau de LCI, Jean-Yves Bonissant a perdu la trace de son fils il y a vingt ans. Président-fondateur de Manu, association qui vient en aide aux familles des personnes disparues, il dénonce notamment la pratique de l'enterrement sous X, qui concerne tous les ans 1000 personnes en France. "En 2016, on enterre encore des personnes sous X . Je dis bien des personnes, c'est pas des chiens", insiste-t-il.

En vidéo

Disparitions : chaque année, environ 1.000 personnes sont enterrées sous X

En France, personne ne centralise les informations sur les tentatives d'enlèvementMaître Didier Seban

Également invité, l'avocat spécialisé en affaire classées Maître Didier Seban insiste sur l'importance de la médiatisation des affaires. Elle augmenterait les chances de retrouver une personne disparue, alors que le système français n'est, selon lui, pas assez performant. "On peut regretter qu'en France, par exemple, on n'ait qu'un office central qui soit essentiellement un organisme administratif et qu'il n'y ai pas véritablement d'enquêteur dédié à ces recherches", déplore-t-il. 


"Il y a des tentatives d'enlèvement assez régulièrement en France. Ces tentatives échouent. Personne ne centralise les informations sur ces tentatives. Or on peut penser que ceux qui ont tenté d'enlever une fois quelque part ont peut-être réussi une autre fois", explique-t-il en demandant la création d'une cellule spécifique.

En vidéo

Disparitions : un avocat dénonce le manque d'efficacité de l'administration française

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter