Ludmila, rescapée du Bataclan : "L’odeur du sang et de la poudre, ce sont des choses qu’on n’oublie pas"

Ludmila, rescapée du Bataclan : "L’odeur du sang et de la poudre, ce sont des choses qu’on n’oublie pas"
FAITS DIVERS

TERRORISME – Il y a deux ans, 90 personnes sont tombées sous les balles des terroristes du commando du 13 novembre au Bataclan. Agée de 23 ans à l’époque, Ludmila se trouvait dans la salle de concert ce soir-là. Elle raconte sa nuit d’horreur.

Toute l'info sur

Les attentats du 13 novembre, trois ans après

Un effroi qui restera toujours gravé dans sa mémoire. Le scénario du carnage du 13 novembre 2015 est indélébile pour Ludmila. A 23 ans, elle a vu l’horreur alors qu’elle assistait au concert des Eagles of Death Metal, accompagnée par ses parents et ses amis. Deux années après la tuerie, la jeune fille a accepté de livrer son témoignage face à nos caméras. 

Lorsque les terroristes ont ouvert le feu sur la foule, "on s’est couchés par terre", se souvient-elle. "Tout le monde a fait la même chose, cela a été instinctif je pense. Comme un mouvement de vent sur un champ de blé. Personne ne criait, personne ne parlait. Même les gens qui prenaient des balles ne disaient rien". 

Lire aussi

Tous ses proches présents ce soir-là ont survécu. "On est tous soudés. On essaye de se soutenir et d’être là les uns pour les autres", confie celle qui a "peur des bruits" depuis la tuerie. Par conséquent, la jeune fille reste bien terrée chez elle lorsque les pétards éclatent dans les rues à l’occasion du 14 juillet. Pour aller de l’avant, elle arbore un tatouage derrière l’oreille au message sans équivoque pour les terroristes. Retrouvez son témoignage en intégralité dans la vidéo ci-dessus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : "L'islam radical s'est infiltré au cœur même de notre société de tolérance et de liberté"

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent