Lutte contre le terrorisme : à Paris, 1930 personnes surveillées par la police

FAITS DIVERS
CHIFFRES – Le procureur de la République de Paris, François Molins, a réuni mardi matin les vingt maires d'arrondissement de Paris, comme il le fait tous les trimestres environ. A cette occasion, plusieurs sujets ont été évoqués. Parmi eux, le terrorisme et la radicalisation des mineurs, et particulièrement des jeunes filles qui suscitent un certain nombre d'inquiétudes.

"Les propos du procureur de la République ne sont pas rassurants, malheureusement, et il va falloir trouver des solutions rapidement." Tel est le commentaire d'un des élus présents à une réunion organisée, ce mardi, par le procureur de Paris, François Molins, avec les vingt maires d'arrondissements de la capitale ou leurs représentants. La maire, Anne Hidalgo, a également assisté à une partie de ces discussions. Parmi les sujets abordés au cours de ce rendez-vous trimestriel, le magistrat a évoqué le thème brûlant du terrorisme.

La radicalisation des mineurs inquiète

"François Molins nous a informés qu'au cours des quatre premiers mois de l'année 2016, 816 individus faisaient l'objet d'enquête judiciaire, dont 259 sont mis en examen", a fait savoir un élu présent à metronews. Le magistrat a ajouté que 1930 individus dans la capitale faisaient l'objet d'un suivi par les services de police et que 82 jugements avaient été rendus entre janvier et avril".

A LIRE AUSSI
>>  Ecole : 857 collégiens et lycéens soupçonnés de radicalisation

>>  Le plan de Manuel Valls pour prévenir la radicalisation

"La radicalisation des mineurs est un sujet préoccupant et il va falloir trouver des moyens efficaces au niveau de la prévention", commente un autre élu qui se trouvait également à la réunion. Selon les chiffres donnés par François Molins, ce mardi, 29 mineurs ont été mis en examen entre janvier et avril et huit d'entre-eux sont détenus".

Plus de 4300 signalements de radicalisation en France

Cet élu ajoute : "Le procureur nous a informés qu'il y avait une arrivée massive de jeunes filles parmi les mineurs radicalisés. Selon lui, le taux de conversion est beaucoup plus fort. Visiblement, ce phénomène devient préoccupant et il va falloir trouver rapidement des moyens efficaces pour y faire face".

En mai dernier , le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avaient annoncé que "la juridiction antiterroriste parisienne sera renforcée de 27 personnels et de 16 magistrats référents 'anti-terrorisme' dans les parquets. Les deux ministres ont ajouté dans une communication commune sur la lutte contre le terrorisme que " début 2016, on recensait plus 4300 signalements de radicalisation effectués depuis la création du numéro vert (0 800 00 56 96). Quelque 40% de ces signalements concernent des femmes et 50% des personnes récemment converties. La majorité a moins de 26 ans. Tous font l’objet d’un suivi spécifique."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter