Lycéen poignardé à Paris : le suspect "reconnaît son implication" mais "réfute la préméditation"

DirectLCI
JUSTICE - Le jeune homme âgé de 17 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'agression mortelle au couteau d'un lycéen commise lundi à quelques mètres de son établissement dans le 20e arrondissement de Paris, pourrait être déféré dans la soirée ce mercredi en vue d'une présentation jeudi devant un juge d'instruction. Le suspect prénommé Adama affirme n'avoir jamais voulu donné la mort à Madiara, 17 ans.

Le jeune homme âgé de 17 ans soupçonné d'être l'auteur de l'agression mortelle au couteau d'un lycéen commise lundi à quelques mètres de son établissement dans le 20e arrondissement de Paris  pourrait "être déféré dans la soirée ce mercredi en vue d'une présentation devant un juge d'instruction jeudi matin", selon une source proche de l'enquête. Le suspect s'était présenté de lui-même quelques heures après le drame, et en présence de son avocat, au 2e district de police judiciaire. 

Une explication qui s'est transformée en bagarreMe Adrien Gabeaud, avocat du suspect

"Mon client reconnait son implication, indique Me Adrien Gabeaud, avocat d'Adama, 17 ans, joint par LCI mercredi soir.  Mais il réfute à la fois la préméditation et la volonté de donner la mort à la victime, Madiara, qui avait le même âge que lui. Pour lui, il s'agit d'une  explication qui s'est transformée en bagarre de jeunes avant de terminer de manière tragique.  Malheureusement à cette heure, les faits ne sont pas explicables. Il n’y a pas contentieux de nature financière, pas de contentieux sur fond de stupéfiants, pas de jalousie affective ou d’autres motifs de ce genre. Quant aux rivalités entre bandes des 12e et 20e arrondissements, dites de La Passerelle et Paganini, apparemment elles existent mais sont anciennes…  ". 


D'après les déclarations du gardé à vue, l'altercation a eu lieu rue Ligner entre trois jeunes d'un côté dont deux munis de couteaux et deux de l'autre, dont lui et un autre jeune homme aujourd'hui recherché et qui était lui aussi muni d'un couteau.  

"Adama n'avait lui qu'un casque de moto. Il dit avoir porté un coup de casque dans le bras d'un de ceux qui était porteur d'un couteau. Ce dernier a lâché son arme. Mon client s'en est saisie, a laissé tomber le casque qu'il tenait. Madiara, aurait alors pris le casque pour le frapper avec. C'est là qu'Adama dit avoir opposé le couteau et eu l'acte funeste". 

"Il se rend compte de l'extrême gravité des faits"

Selon son avocat, Adama est aujourd'hui "bouleversé". "Il a voulu se rendre lundi au commissariat à la fois pour pouvoir donner des explications mais aussi pour faire un appel au calme. Il y a eu un certain nombre de représailles depuis le drame. La famille d'Adama a été menacée et il y a eu des tentatives d'intrusion au domicile maintenant sous protection policière" affirme-t-il. 


Et d'ajouter : "Adama n'est pas un caïd. Son profil est extrêmement banal pour ne pas dire insignifiant. Aujourd’hui, il est écrasé par le poids des événements et il se rend compte de l’extrême gravité des faits. Il est profondément navré des conséquences dramatiques qu’ils engendrent ". 

En vidéo

Lycéen poignardé devant son lycée à Paris : un syndicat dénonce le manque de sécurité dans les établissements

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter