Madame Yaourt et ses "fromages magiques" au tribunal

Madame Yaourt et ses "fromages magiques" au tribunal

FAITS DIVERS
DirectLCI
ESCROQUERIE - Gilberte Van Erpe, 74 ans, est jugée lundi et mardi devant la 12e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour une vaste escroquerie aux "petits fromages magiques". Elle avait vendu à des milliers de Chiliens des kits à 365 euros, censés permettre de fabriquer des produits cosmétiques à base de pâte fromagère.

"Vous voyez L'Oréal faire des crèmes à base de fromage dans des tambouilles ?". Quand il évoque l'affaire qui sera jugée lundi et mardi devant le tribunal correctionnel de Paris, Me Jacques Boedels s'étonne encore que l'arnaque ait pu prendre tant d'ampleur et reconnaît qu'il fallait bien que la prévenue ait été "maligne" pour bluffer autant de monde. Et l'avocat parisien sait de quoi il parle puisqu'il défend 751 personnes sur les 5 500 qui se sont manifestées quand le scandale a éclaté.

"Quesitos magicos" 

La Française Gilberte Van Erpe, alias "Madame Yaourt", est en effet soupçonnée d'avoir escroqué des milliers de Latino-américains en vantant les mérites d'une future gamme de produits cosmétiques et les bénéfices qu'ils pourraient en tirer. La "femme d'affaires" proposait à ses futures victimes, lors de conférences publiques, de devenir producteurs, à domicile, de petits fromages destinés à être exportés depuis le Chili vers le Congo, pour au final servir en France. Pour fabriquer ces "quesitos magicos" ("petits fromages magiques"), les producteurs devaient d'abord acheter des kits de ferments lactiques, importés de Pologne et de France, destinés à être mélangés à du lait, filtres de soie et étuis en papier.

Les "indispensables kits" étaient alors vendus 369 euros alors qu'en réalité, ils en valaient… 40 ! Les producteurs qui réussissaient ensuite à obtenir ces fromages devaient réaliser un bénéfice de 100% sur leur investissement initial. Bénéfice justifié par la supposée valeur des fromages obtenus, artisanaux et censés être très chers une fois exportés.

Absente à l'audience

"Son arnaque a marché pendant des années au Mexique, au Pérou, et a fini au Chili. Le précipité obtenu après fermentation par les producteurs n'était ni utilisable pour l'alimentation humaine ou animale. Les fromages magiques devaient soi-disant aller chez L'Oréal ou servir dans des crèmes à blanchir la peau. En réalité, ils ne servaient à rien. Ils étaient stockés dans des hangars ou ils moisissaient", indique Me Boedels à metronews. L'appât du gain a séduit 5 500 personnes qui ont investi entre 400 et 168 000 euros. Le préjudice total a été chiffré à 14,5 millions d'euros.

Gilberte Van Erpe, avait été interpellée en 2008 à Nice. Comme il était impossible de l'extrader, les autorités chiliennes avaient dénoncé les faits à la France en octobre 2006. Aujourd'hui, âgée de 74 ans, celle qui a fait deux ans et demi de détention provisoire entre 2006 et 2009, ne sera pas présente à l'audience. "J'apprends, raille Me Boedels, que pour "raisons de santé", suite à un AVC, selon un médecin du Cher, Mme Van Erpe ne sera pas au tribunal. Je le regrette. Quand on sait que l'affaire Madoff a été réglée en un an et qu'au Chili l'affaire Van Erpe aurait été réglée en six mois… J'ai déposé la plainte il y a neuf ans maintenant ! Mes clients croient que c'est une plaisanterie".

L'avocat précise que de l'argent aurait été saisi au Chili. "Je pense que je demanderai un euro symbolique pour chacune des victimes, il n'y a rien d'autre à espérer" conclut-il. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter