Manifestations anti-FN : trois lycéens de Chelles mis en examen pour fabrication des bouteilles explosives

Manifestations anti-FN : trois lycéens de Chelles mis en examen pour fabrication des bouteilles explosives

DirectLCI
CASSEURS - Pour bloquer leur lycée et aller manifester, les trois garçons avaient rempli 17 bouteilles d’acide chlorhydrique, avant de les exhiber sur les réseaux sociaux.

Le lycée Gaston-Bachelard de Chelles (Seine-et-Marne) a donné l’alerte jeudi dernier. Deux de ses élèves avaient publié la veille sur Snapchat une vidéo où ils fabriquaient une banderole anti-FN, avant d’exhiber une bouteille remplie d’acide chlorhydrique. Leur but ? Bloquer l’entrée de leur établissement le jeudi matin, pour rejoindre le mouvement lycéen contre la présence d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Ils incitaient d’ailleurs leurs camarades à leur prêter main forte, rapporte Le Parisien.


Le blocage du lycée n’ayant pas eu lieu, impossible pour la police d’intercepter les deux adolescents. Ceux-ci sont rentrés chez eux, à Vaires-sur-Marne, pour sécher les cours. Joints par téléphone, les parents expliquent que leur enfant respectif a prévu de se rendre place de la République, à Paris, pour manifester.

16 bouteilles d'acide prêtes à l'emploi

Les forces de l’ordre procèdent alors à des perquisitions et retrouvent une bouteille contenant de l’acide chlorhydrique et deux autres vides dans le jardin où la vidéo a été tournée. Dans l’une des bouteilles vides, des feuilles d’aluminium fondues sont présentes. Acide et aluminium, un mélange explosif dont les voisins avaient entendu les détonations la veille.


Alors que les policiers retournent au commissariat, l’un des suspects est aperçu à la gare de Vaires-sur-Marne, en compagnie d’un ami. Ils sont interpellés, avant que le deuxième adolescent de la vidéo ne se présente de lui-même au commissariat un peu plus tard. Les forces de l’ordre découvriront 16 bouteilles d’acide prêtes à l’emploi chez ses parents.

En vidéo

Un 1er mai marqué par les violences

Ont-ils utilisés d'autres bouteilles explosives ?

Placés en garde à vue, les trois lycéens ont nié leur volonté d’en faire usage, tout en reconnaissant qu’ils avaient bien concocté les mélanges. Mis en examen, ils seront présentés à un juge des enfants le 15 juin prochain, premier jour des épreuves du baccalauréat, pour "participation à un groupement en vue de violences, de dégradations ou de destructions et pour fabrication d’engins explosifs ou incendiaires non autorisés". Les enquêteurs n’ont pas pu déterminer s’ils s’étaient rendus à la manifestation et s’ils ont utilisé leurs explosifs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter