Manifs du 1er mai : Pour le préfet Delpuech, Alexandre Benalla a été invité par l'un des policiers mis en examen

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

RÉVÉLATIONS - Auditionné par la commission d'enquête parlementaire, lundi 23 juillet, le préfet de police Michel Delpuech a indiqué que c'est un des trois policiers mis en examen la semaine dernière qui a organisé la venue d'Alexandre Benalla parmi les forces de police, le 1er mai.

On y voit de plus en plus clair dans l'affaire Benalla, et le préfet de police Michel Delpuech, auditionné lundi 23 juillet en commission d'enquête parlementaire, n'y est pas pour rien. Alors que, selon l'intéressé, "la police est touchée" par cette affaire, le haut fonctionnaire a tenté de tirer les fils de cette inextricable pelote de laine.

La hiérarchie pas prévenue

Ainsi, alors que l'une des principales questions soulevées par les trois enquêtes et de déterminer la responsabilité le la présence d'Alexandre Benalla sur les lieux des violences qu'il a commises le 1er mai, question à laquelle Gérard Collomb n'avait pas su répondre le matin même, Michel Delpuech a donné des éléments essentiels à la compréhension du dossier.

Précisant d'abord n'avoir "pas été prévenu de la venue de messieurs Benalla et Crase", les deux hommes poursuivis notamment pour violences en réunion, le préfet a précisé que c'était un homme bien connu des enquêteurs de l'IGPN qui avait donné son accord et préparé la venue du chargé de mission, sans en référer, donc, à sa hiérarchie : "C'est le chef d'état-major Laurent Simonin, c'est à son niveau que ça s'est fait". 

Voir aussi

Mis en examen

Laurent Simonin, un nom qui sonnera familièrement aux connaisseurs du dossier, puisqu'il s'agit d'un des trois policiers suspendus par la préfecture au lendemain des révélations du Monde, le 19 juillet, et par la suite placé en garde à vue puis mis en examen pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection". En clair, cet homme, contrôleur général et membre de l'état-major de la direction de l'ordre public et de la circulation de la préfecture, après avoir organisé la venue d'Alexandre Benalla, est aussi soupçonné, en compagnie de deux antres policiers, d'avoir manipulé les bandes de vidéo-surveillance le montrant en train de violenter deux manifestants.

Lire aussi

Un épisode sur lequel le chef d'état-major Simonin s'est montré pour le moins discret. Interrogé par la co-rapporteure de la commission d'enquête Yaël Braun-Pivet pour savoir s'il avait reçu une note rendant compte des événements, Michel Delpuech a répondu par la négative : "Je n'en ai pas eu connaissance, en tout cas de la part de ce major".

Lire et commenter