Bouches-du-Rhône : un jeune homme de 24 ans tué par balle devant une discothèque

Bouches-du-Rhône : un jeune homme de 24 ans tué par balle devant une discothèque
FAITS DIVERS

HOMICIDE - Un jeune homme âgé de 24 ans a été abattu samedi 3 septembre à l'aube alors qu'il se trouvait sur le pas de porte de la discothèque le Mix Club à Rognac, près de Marseille (Bouches-du-Rhône). Le ou les auteurs des coups de feu ont pris la fuite.

Il était environ 5 heures du matin quand les coups de feu ont été tirés. Ce samedi, un homme a été tué par balle alors qu'il se trouvait devant une discothèque de Rognac, à une trentaine de kilomètres de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Le drame a eu lieu sur le pas de porte du Mix Club, boîte de nuit située 2 boulevard de la plage à Rognac. "La victime était connue des services de police pour avoir été impliquée dans une affaire de meurtre et de refus d'obtempérer", a affirmé une source à la gendarmerie. Dans cette affaire, l'homme tué samedi n'était toutefois pas soupçonné d'être l'auteur des faits.

La victime habitait les quartiers Nord de Marseille

L'enquête a été confiée à la police judiciaire marseillaise. Selon La Provence, le jeune homme tué habitait les quartiers Nord de Marseille et était "très défavorablement connu des services pour des faits de violence". Une source policière précise à nos confrères qu'il a été touché par " deux balles de kalachnikov tirées en pleine tête à bout portant" . 

Joint par LCI ce samedi vers 10 heures, le gérant du Mix Club a affirmé "ne pas être au courant" de cette affaire. "La discothèque a fermé à 4 heures, à 5 heures nous n'étions plus là", a-t-il assuré. Interrogé sur la présence ou non de caméras de vidéosurveillance devant son établissement, il a fait savoir qu'en effet il y en avait. L'exploitation des bandes pourraient apporter des éléments essentiels à l'enquête. 

Il s'agit du huitième homicide par balle dans Marseille et ses environs depuis début août. Au total, 24 homicides de ce type ont eu lieu depuis le début de l'année. Au moins 21 d'entre eux sont des règlements de compte liés au narcobanditisme.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : l'Elysée exclut un confinement généralisé comme au printemps

    Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

    Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

    "Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

    Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent