Marseille : deux bébés décédés inversés par erreur lors de la crémation à Aubagne

Marseille : deux bébés décédés inversés par erreur lors de la crémation à Aubagne

FAITS DIVERS
DirectLCI
DRAME - Après le décès d'une de ses jumelles nées prématurément, Samantha V., 20 ans, a appris avec stupeur ce mercredi que le corps incinéré au crématorium d'Aubagne n'était pas celui de son enfant. L'erreur serait survenue dans la chambre mortuaire de l'hôpital de la Timone à Marseille.

Déjà endeuillée par la mort de son bébé, Samantha V., 20 ans, a dû encaisser une nouvelle épreuve ces derniers jours après une erreur commise par l'hôpital de la Timone. A France 3, la jeune mère explique s’être rendue au crématorium d’Aubagne mercredi à 8h en compagnie de son conjoint, sa mère et sa famille pour assister à la cérémonie d’incinération de Kyana, un de ses deux jumelles de cinq jours nées prématurément et décédée après sa naissance.


Alors qu’elle reprend la route pour l'hôpital de la Conception à Marseille pour voir son autre petite fille Lana, toujours hospitalisée, Samantha V. explique recevoir un appel des pompes funèbres qui va la laisser sans voix, lui annonçant que le corps incinéré n’était pas celui de sa petite-fille. Après un nouvel appel, le crématorium confirme : "On s'est trompé de défunt".

Une erreur similaire en décembre dernier

"J'ai d’abord cru à une horrible blague et j’ai raccroché avant de rappeler et de comprendre que c’était bien vrai. C’est une double peine qui m'est tombée sur la tête, et qui s’ajoute à la mort de ma fille", explique-t-elle à La Provence. Selon France 3, la confusion entre les deux enfants, celui de Samantha V., âgé de cinq jours, et un autre, né il y a un peu plus de deux mois selon La Provence, est survenue au sein de la chambre mortuaire de l'hôpital de la Timone.


Si l’établissement hospitalier n’a pas donné sa version, il s’était déjà rendu coupable d’une erreur similaire en décembre dernier, un homme de 70 ans ayant été inhumé par erreur après un échange de corps. Une erreur cette fois reconnue par l’hôpital. La famille de l’enfant de deux mois incinéré par erreur a, selon La Provence, décidé de porter plainte dans la foulée des obsèques.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter