Marseille : une prof rouée de coups par une élève de 5e pour un portable confisqué

Marseille : une prof rouée de coups par une élève de 5e pour un portable confisqué

DirectLCI
VIOLENCES - Le collège Rosa-Parks, dans les quartiers Nord de Marseille, était à l’arrêt mardi après l’agression d’une enseignante par une élève de 5e. A l’origine de l’altercation, la confiscation du téléphone mobile de l’élève.

Elle n’a pas supporté de se voir confisquer son portable. Une élève de 5e a agressé une enseignante du collège Rosa-Parks de Marseille, lundi, l’insultant et la rouant de coups. La professeure s’est vu prescrire sept jours d’interruption totale de travail, et les professeurs de l’établissement ont exercé leur droit de retrait mardi. 


"Il s'agit d'une agression violente, avec des coups et des insultes", a indiqué  un porte-parole de l'Académie d'Aix-Marseille à l’AFP, précisant que l’Éducation nationale avait envoyé mardi des "équipes mobiles de sécurité" pour "accompagner les équipes et écouter les besoins".

"La gamine n'a pas accepté"

Tout serait parti d’un différend autour du portable de l’élève. Au début du cours, l’enseignante a demandé à l’élève de lui remettre son téléphone, rapporte France Bleu, recevant des insultes.


C’est à la fin du cours que la situation a dégénéré, lorsque l’élève a voulu le récupérer. Le règlement intérieur prévoyant que l’objet confisqué soit remis à la direction, l’enseignante a refusé de lui remettre. "La gamine n'a pas accepté et l'a rouée de coups" , raconte à l’AFP Julien Huard, documentaliste et représentant du syndicat CNT au collège. "Notre collègue est choquée et atteinte physiquement", a-t-il ajouté auprès de France Bleu.

"Cette année scolaire est compliquée", constate Julien Huard, qui a compté trois agressions de professeurs depuis début janvier alors que l’établissement "n’était pas particulièrement atteint par les violences physiques".


Les professeurs dénoncent un "climat de plus en plus pourri" qu'ils attribuent au manque de moyens, notamment au non-remplacement des profs, à la réduction de la présence des AVS, chargés d'épauler les élèves handicapés, et des "médiateurs de rue" devant le collège.

Plus d'articles

Sur le même sujet