Meurthe-et-Moselle : condamnée à détruire sa maison qui cache le soleil à sa voisine

FAITS DIVERS

CHERS VOISINS - Une habitante d'Essey-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, est dans l'obligation de payer des indemnités journalières à sa voisine pour ne pas avoir démoli sa maison qui lui fait de l'ombre.

Coup dur pour cette mère de famille. Veuve et aide à domicile, Sarah Rebaï est dans l’obligation de détruire sa maison parce que cette dernière fait de l’ombre à sa voisine. Selon Le Parisien, qui révèle cette affaire, la demeure de 140m2, située à Essey-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, construite en prolongement de la résidence principale pour être louée, plonge le jardin voisin dans la pénombre en faisant barrage aux rayons du soleil.  

Condamnée à payer des indemnités journalières

Mise en garde par sa voisine, Sarah Rebaï a tout de même entrepris les travaux en accord avec l’administration, qui lui a délivré un permis de construire, et l’entreprise, qui s’est attelée à la construction. Comme le souligne le quotidien, la mère de famille a contracté un prêt immobilier et investi ses économies pour financer ce projet destiné à assurer l’avenir de ses deux enfants. 

Après plusieurs années de bras de fer avec la justice, il a été tranché que Sarah Rebaï avait jusqu’au 16 février 2016 pour démolir sa maison, ce qu’elle n'a jamais fait. Obligée de payer une astreinte journalière de 50 euros les six premiers mois, puis désormais de 80 euros, la propriétaire a vu son rêve se transformer en cauchemar. La voisine, elle, a déménagé mais demande le paiement de ces indemnités. Selon Le Parisien, ses locataires ne se seraient jamais plaints. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter