Meurtre de deux jeunes Français à Madagascar : plusieurs suspects remis en liberté

Meurtre de deux jeunes Français à Madagascar : plusieurs suspects  remis en liberté

FAIT DIVERS – Plusieurs personnes interpellées dans le cadre de l’enquête sur le double homicide commis fin août à Madagascar ont été remises en liberté cette semaine. Le dimanche 22 août, les corps sans vie de deux Français, Magalie C. , 22 ans, et Romain B., 25 ans, avaient été retrouvés sur une plage de l’île de Sainte-Marie.

Ils étaient partis pour l'été en mission sur l’île de Sainte-Marie à Madagascar et devaient rentrer avant l’automne. Magalie C., Francilienne de 22 ans, et Romain B, 25 ans, originaire du Sud de la France, n’ont jamais regagné l’Hexagone. Le dimanche 22 août, à l’aube, des Malgaches découvraient les corps sans vie des deux jeunes Français, bénévoles pour l’ONG de défense des cétacés Cetamada, allongés l’un sur l’autre sur une plage. Plusieurs effets personnels leur avaient été dérobés. 

En quelques jours, les autorités procèdent à des interpellations. Le 27 août, cinq personnes étaient placées en détention provisoire. Parmi elles, un Français, Victor F., moniteur de plongée sur l'île et âgé de 21 ans, avec qui la jeune femme avait eu une relation, ainsi qu'un banquier qui aurait été vu en train de laver son 4x4 dans lequel a été retrouvé une tache de sang. Un mois plus tard, début octobre, trois nouveaux suspects, piroguiers pêcheurs, étaient  arrêtés et placés en détention. 

Lire aussi

    Lundi 21 novembre, trois mois après le double homicide, plusieurs personnes ont finalement été remises en liberté : trois selon l’AFP. "Je n'ai connaissance que de deux remises en liberté mais je n'ai peut-être pas été informée de la troisième, indique ce jeudi à LCI l’avocate de Victor F., Me Corinne Dreyfus-Schmidt. Les demandes pour mon client et ce banquier ont été faites le 16 novembre. Lundi 21, j’ai appris qu’elles avaient été acceptées". Entre cinq et six personnes se trouveraient toujours en détention dans ce dossier. 

    "Je ne peux pas dire qu’ils sont innocents"

    "La justice estime qu'il n'y a plus de raison de retenir ces deux Malgaches et ce Français", a déclaré à l'AFP le procureur de la province de Tamatave (nord-est), Thierry Rajaona Lauret. "Les résultats des autopsies ont montré qu'il n'y a pas d'éléments contre eux, mais à ce stade de l'enquête,  je ne peux pas dire qu'ils sont innocents. On pourra le dire à l'issue du jugement, a-t-il ajouté. Ce n'est pas qu'on se soit trompé, mais on n'a plus de raison de les garder". 

    Ce jeudi, le procureur Thierry Rajaona Lauret comme le maire de l’île de Sainte-Maire, Bessaou Ismak Ado Crophe, contactés à plusieurs reprises par LCI, étaient injoignables. 

    Trois mois en détention

    Pour l’avocate de Victor F., son client a passé près de trois mois en détention sans raison. "Il a été incarcéré le 27 août sans aucune charge. Il a été incarcéré uniquement parce qu’il a été le petit ami de Magalie C., c’est tout !, s’indigne Corinne Dreyfus-Schmidt. Ces trois mois de détention ont été difficiles. Heureusement, ses parents se sont relayés à ses côtés pour le soutenir". 

    Le 21 août, Magalie C. et Romain B. avaient passé la soirée dans une discothèque de Saint-Marie, La case à Nono, avec des amis. Alors qu’un témoin assure avoir vu Victor F. dans l’établissement de nuit, le suspect dément en bloc. "Mon client a toujours dit qu’il était innocent. Le soir du drame, il était chez lui et il regardait un film, souligne Me Corinne Dreyfus-Schmidt. Le problème dans ce dossier, c’est que de nombreux éléments qui auraient pu aider les enquêteurs ont été modifiés ou ont disparu. Les effets personnels des victimes qui ont été dérobés, comme leurs téléphones portables et un ordinateur, n’ont jamais été retrouvés. La scène de crime n’a pas été préservée, les corps ont été déplacés et lavés... ". 

    Co-saisine des juctices malgaches et françaises

    Une marche en hommage à Magalie C. et Romain B. avait été organisée sur l'île peu après le drame. Leurs autopsies avaient eu lieu à Paris fin septembre après que leurs corps ont été rapatriés. Leurs obsèques se sont tenues dans l’intimité il y a plusieurs semaines. Depuis la mort des deux jeunes Français, leurs familles n’ont pas souhaité s’exprimer dans les médias et ont préféré la discrétion. 

    Les investigations se poursuivent. L'enquête est menée en co-saisine entre les justices malgache et française, en l'occurrence par le parquet de Paris. 

    Lire aussi

      En vidéo

      Meurtre de deux Français à Madagascar : l'enquête se poursuit

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      EN DIRECT - Covid-19 : pour "passer Noël ensemble", Attal appelle à la "responsabilité collective"

      VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

      Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

      VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

      Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.