Meurtre de Jean-Louis Turquin : son épouse mise en examen pour assassinat

FAITS DIVERS

INFO TF1/LCI - La veuve de l'ancien vétérinaire Jean-Louis Turquin, retrouvé mort d'une balle dans le dos sur l'île de Saint-Martin, a été mise en examen vendredi 28 avril. Jusqu'ici, la piste du cambriolage ayant mal tourné avait été privilégiée pour expliquer la mort de l'homme, autrefois condamné à 20 ans de prison pour le meurtre de son fils.

Nadine Turquin, veuve de Jean-Louis Turquin – ce vétérinaire condamné à 20 ans de prison pour le meurtre de son fils et dont le corps n’a jamais été retrouvé – a été mise en examen vendredi 28 avril sur l’île de Saint-Martin, dans les Antilles françaises, dans l’enquête sur le meurtre de son époux en janvier dernier. Le procureur Xavier Bonhomme a précisé lors d'une conférence de presse que le parquet avait requis la détention de Nadine Turquin, qui nie son implication. 

Voir aussi

A l’époque des faits, Nadine Turquin avait appelé les gendarmes, expliquant avoir découvert le cadavre de son époux, tué d’une balle dans le dos. Deux étuis de 9mm percutés avaient été retrouvés au sol. Très vite, la thèse d’un cambriolage qui dégénère avait été évoqué par les enquêteurs. L’épouse avait raconté avoir fait la découverte morbide alors qu’elle rentrait d’un anniversaire.

Mais les gendarmes ont découvert des traces de poudre - au moment de son audition en janvier dernier - sur les mains de Nadine Turquin. Des témoignages ont par ailleurs fait état de relations conflictuelles avec son mari. Selon nos informations, leur maison de Saint-Martin ne présentait aucune trace d’effraction. Seul un tourne-disques avait été dérobé. Rien n’avait été fouillé, aucun objet de valeur volé.

Voir aussi

En vidéo

Sept à Huit : Le mystère de l'affaire Turquin

En 1997,  Jean-Louis Turquin avait été condamné par la cour d’assises de Nice à 20 ans de prison pour l’assassinat de son fils de 8 ans, Charles-Édouard. Le corps de l’enfant n’a jamais été retrouvé. Accusé à plusieurs reprises par sa première épouse, le vétérinaire avait toujours clamé son innocence. Il avait été libéré en 2006, avant de refaire sa vie à Saint-Martin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter