Meurtre de la joggeuse : Alexia Daval a "probablement été asphyxiée"

FAIT DIVERS - Près de dix jours après le meurtre d'Alexia Daval dont le corps calciné a été retrouvé dans un sous-bois près de Gray (Haute-Saône), la procureure de la République de Besançon a tenu une conférence de presse ce lundi. Elle a indiqué que si les causes de la mort n'étaient pas établies avec certitude, la jeune femme avait été "probablement" asphyxiée et avait "subi des violences physiques".

La cause de la mort d'Alexia Daval "n'est pas établie avec certitude" mais elle a "subi des violences physiques". C'est ce qu'a déclaré la procureure de la République de Besançon ce lundi après l'autopsie du corps de la joggeuse qui avait été retrouvé calciné, dissimulé sous des branchages dans un sous-bois près de Gray (Haute-Saône) le samedi 28 octobre. 


Durant sa conférence de presse, Edwige Roux-Morizot a d'abord déploré les informations divulguées dans la presse la semaine dernière selon lesquelles la jeune femme de 29 ans avait été étranglée et n'aurait pas été violée. "C'est erroné", a-t-elle commenté, indiquant que "l'autopsie ne permet pas à ce jour d’établir avec certitude les causes de la jeune femme même s'il ne fait hélas aucun doute qu'on lui a volontairement donné la mort". La procureure a néanmoins admis qu'Alexia Daval avait "subi des violences physiques" et que son décès était "probablement lié à une asphyxie sans que l'on connaisse encore les mécanismes de cette asphyxie". Des examens complémentaires devraient permettre d'en savoir plus. 

Hommage silencieux

"De la même manière, il n'est pas possible, comme il a été dit hélas, d'affirmer qu'elle n'a pas été violée. Là encore, les analyses sont en cours afin d'accréditer ou non l'existence d'un viol", a poursuivi Edwige Roux-Morizot qui a demandé que les enquêteurs et la justice puissent travailler dans "la plus grande des sérénités (...) afin d'interpeller le ou les auteurs de ce crime odieux". 


La jeune femme de 29 ans avait disparu de Gray-de-la-Ville (Haute-Saône) où elle vivait après être partie courir, selon le récit de son mari qui avait donné l'alerte vers midi samedi 28 octobre. Des battues avaient été organisées pour la retrouver avant la macabre découverte trois jours après. La semaine dernière, le parquet avait simplement concédé à dire que l'autopsie avait été "concluante". Mais les questions principales sur le meurtre restent elles sans réponse. Alexia Daval connaissait-elleou non son agresseur ? Où, quand et par qui a-t-elle été tuée ? 

Ce week-end, sa famille, ses proches et plus de 8.000 anonymes ont rendu un hommage à l'enfant du pays lors d'une marche silencieuse à Gray. Ses obsèques devraient se dérouler mercredi. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann revient sur ses aveux

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter