Militaires attaqués à Levallois-Perret : ce que l'on sait

FAITS DIVERS
DirectLCI
ON FAIT LE POINT - Un groupe de militaires de l'opération Sentinelle a été renversé ce mercredi 9 août dans la matinée par un véhicule qui a ensuite pris la fuite avant d'être intercepté en début d'après-midi. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête.

Quatre jours après une tentative d'attaque contre d'autres soldats de Sentinelle à la tour Eiffel à Paris, les militaires ont à nouveau été pris pour cible, ce mercredi matin. A Levallois-Perret (Haut-de-Seine), où sont notamment installés les locaux de  la sous-direction anti-terroriste (SDAT) ou encore le siège de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) , six militaires ont été percutés par une voiture, interceptée en début d'après-midi. Voici ce que l'on sait à la mi-journée : 

Que s'est-il passé ?

Vers 8 heures ce mercredi matin, en plein centre-ville de la commune cossue de Levallois, un véhicule a percuté un groupe de militaires de l'opération Sentinelle, des soldants faisant partie du 35e régiment d'infanterie de Belfort. L'attaque est survenue alors que les militaires sortaient de leur caserne, située dans une ruelle piétonne au niveau de la place de Verdun, devant un grand immeuble HLM où les hommes de Sentinelle disposent au rez-de-chaussée d'un local prêté par la mairie, située à quelque 200 mètres de là.

En vidéo

Isabelle Balkany évoque la situation en cours à Levallois-Perret

Y a-t-il des victimes ?

Le pronostic vital n'est engagé pour aucun des militaires blessés, a rapidement précise la Préfecture de police à LCI. Néanmoins, l'attaque a fait six blessés, dont trois sérieusement. Ceux-ci ont été transportés à l'hôpital Percy de Clamart (Hauts-de-Seine).


Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ainsi que la ministre des Armées, Florence Parly, se sont montrés rassurants quant à l'état des soldats les plus sérieusement blessés. Cette nouvelle attaque confirme que les hommes et femmes en uniforme représentent une cible privilégiée depuis 2012.  

Où en est l'enquête ?

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie mercredi de l'enquête. Elle est ordonnée notamment pour "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste", et a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.  

Qui est le suspect interpellé par les policiers ?

En début d'après-midi, le véhicule, une BMW de location, a été intercepté sur l'autoroute A16 entre Boulogne-sur-mer et Calais au niveau de la commune de Leulinghen-Bernes (Pas-de-Calais). Un homme, né en 1980, a été interpellé.  L’homme interpelé s’appelle Hamou Benlatreche et est âgé de 36 ans. Il est de nationalité algérienne et est en situation régulière sur le territoire français. Domicilié à Bezons dans le Val-d’Oise, il était connu des services de police pour des petits délits mais pas des services de renseignement, il n’était donc pas fiché S. Pour échapper à son arrestation, le conducteur a percuté un ou plusieurs véhicules et les policiers ont fait feu à plusieurs reprises, selon une source judiciaire. Un policier de la BRI de Lille a été légèrement blessé au cours de l'interpellation. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter