Mis en examen, le ravisseur de Rifki reconnaît des gestes à caractères sexuel

Mis en examen, le ravisseur de Rifki reconnaît des gestes à caractères sexuel

FAIT DIVERS - Le ravisseur présumé du petit Rifki a été mis en examen mardi soir enlèvement, séquestration et agression sexuelle. Il avait déjà été interpellé à Rennes pour des cas d'attouchements sur mineurs.

Un profil plus qu'inquiétant. Ahmed, le ravisseur présumé du petit Rifki, disparu samedi à Rennes et retrouvé dimanche à Libourne, a été mis en examen mardi soir pour "enlèvement, séquestration et agression sexuelle sur mineur de moins de quinze ans", a indiqué le parquet de Rennes. Toujours selon le parquet, il faisait déjà "l’objet de poursuites pour des faits d'agression sexuelle au préjudice d'un mineur de quinze ans". L'intéressé devait d'ailleurs comparaître en janvier prochain pour ces faits.

Toujours selon le communiqué, "le jeune Rifki, [entendu par les enquêteurs], n'a évoqué aucune violence de quelque nature qui aurait pu être commise par le mis en cause, qu’il appelle familièrement ‘tonton Ahmed’". Pourtant, selon l'avocate du ravisseur citée par BFMTV ce mardi, le ravisseur présumé du petit Rifki a reconnu dimanche avoir eu des gestes déplacés à caractère sexuel avant le rapt de l'enfant. Aucune information n'a encore été révélée concernant les gestes dont il est question, mais il semblerait que l'enfant n'aurait pas perçu cela comme de la violence. Le suspect devrait être mis en examen pour agression sexuelle, enlèvement et séquestration de mineur, a indiqué son avocate à i-Télé.

"Enlèvement et séquestration de mineur"

Le suspect, transféré de Libourne, est désormais en garde à vue à Rennes, a ajouté le parquet. Entamée dimanche soir, la garde à vue du suspect "du chef d'enlèvement et de séquestration de mineur de 15 ans, crime puni de trente ans de réclusion, [a été] prolongée cet après-midi pour une durée de 24 heures, a précisé la même source. On s'oriente vers une présentation, à l’issue de la garde à vue, demain 18 août devant un juge d'instruction en vue de l'ouverture d’une information judiciaire".

EN SAVOIR +
>>  Alerte enlèvement : le petit Rifki rendu à ses parents, son ravisseur en garde à vue
>>  Ce que l'on sait d'Ahmed, le principal suspect

>> L'oncle de Rifki raconte "l'incruste" de son ravisseur
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

EN DIRECT - Vaccin AstraZeneca : Jean Castex en appelle aux soignants pour restaurer la confiance

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

La vidéo d'un adolescent de 13 ans abattu par un policier choque l'Amérique

Lire et commenter