Moirans : pourquoi la demande de sortie du détenu a été rejetée

Moirans : pourquoi la demande de sortie du détenu a été rejetée

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Le juge d'application des peines a rejeté mercredi la demande d'autorisation de sortie sous escorte d'un détenu qui souhaitait assister à l'enterrement de son frère à Moirans (Isère). Un premier refus de la justice avait déclenché mardi soir une vague de violences.

Mercredi 21 octobre, la justice a rejeté la nouvelle demande de permission de sortie sous escorte d'un détenu de la prison d'Aiton, qui souhaitait assister aux funérailles de son frère tué dans un accident de la route le week-end dernier. Un premier refus avait déjà été notifié la veille à la demande de sortie, cette fois sans escorte, de cet homme issu de la communauté des gens du voyage, déclenchant la colère de sa communauté et une vague de violences à Moirans (Isère).

Condamné à 5 ans de prison

Une centaine de personnes avaient bloqué une route départementale, l'accès à la gare SNCF et brûlé des voitures, espérant faire fléchir la justice. En vain. La cour d’appel de Chambéry nous a d'abord confirmé mercredi matin le rejet de la permission sans escorte. Dans la foulée, la demande d’autorisation de sortie, sous escorte, a été refusée par le juge d’application des peines d’Albertville. Le parquet général, joint par metronews mercredi, nous explique les trois raisons qui ont motivé cette décision :

Le juge d'application des peines a d'abord "relevé que l'investissement en détention" de cet homme – condamné à cinq ans de prison pour vol avec violence, destruction de biens d'autrui et séquestration - est encore assez faible : en d'autres termes, le détenu ne participe pas aux activités de la prison et ne semble pas dans une démarche de réinsertion.

► En juillet dernier, le prisonnier – qui avait passé un an en cavale avant d'être jugé et condamné – a été impliqué dans une violente bagarre avec un autre détenu.

► Enfin, sa participation au mouvement de révolte qui a lieu à la prison d'Aiton mardi soir a joué en sa défaveur. Une mutinerie s'était en effet déclenchée dans la maison d'arrêt de Savoie après que le prisonnier s'est vu refuser sa première demande pour assister aux obsèques de son frère. Les Equipes régionales d'intervention et de sécurité (Eris) avaient dû intervenir afin de ramener le calme.

Pour l'heure, ce dernier rejet n'a pas fait l'objet d'un appel. La mère du détenu a de son côté déclaré qu'elle ne voulait plus des obsèques prévues dans l'après-midi à Moirans sans que son fils incarcéré ne puisse venir à la cérémonie. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a pour sa part promis la plus grande fermeté à l'encontre les auteurs des violences.

EN SAVOIR +
>> "C'est gravissime, toute une communauté est stigmatisée"
>>
"C'est le seul moyen que j'ai trouvé", plaide la mère du détenu >> Après les violences, la demande de permission sans escorte rejetée
>> Retour sur une journée de violences

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter