Montreuil : des rumeurs de pédophilie dans une école mettent la ville sous tension

Montreuil : des rumeurs de pédophilie dans une école mettent la ville sous tension

FAIT DIVERS - Fin juin, les parents d'un enfant de quatre ans ont porté plainte pour des faits d'agression sexuelle dans une école sur leur fils. L'enquête a été classée sans suite mais la mobilisation autour de la famille de Cais, elle, continue.

Il y a d'abord eu cette vidéo publiée sur la page Facebook du mouvement panafricain Unité dignité courage (UDC), visionnée plus de 540.000 fois, puis un rassemblement lundi 4 juillet devant l'école maternelle Jules Ferry, et désormais cette pétition, sur change.org , signée par 35.000 personnes, qui réclame justice. A Montreuil-sous-bois, en Seine-Saint-Denis, la mobilisation autour de la famille de Cais, un enfant de quatre ans, dont les parents sont persuadés qu'il a été victime de pédophilie ne cesse de s'amplifier.

Tout a commencé le 21 juin dernier. Cais, quatre ans, scolarisé dans cet établissement du 93, se plaint d'avoir mal aux fesses. Pourtant, il a une "bonne digestion" et des "selles normales". Le lendemain, sa mère remarque du sang sur le papier toilette. Elle est persuadée qu'il a été abusée et en parle à son mari. "Il nous a dit qu’il avait été seul dans une pièce et que trois enfants avaient rentré un jouet dans ses fesses. Il a dit qu’il a eu plusieurs pénétrations en faisant le signe de 4 avec ses doigts et des claques sur les fesses", raconte Stéphane, le père de Cais, à Buzzfeed

"Des traces blanches suspectes"

Les parents décident de l'emmener à l’hôpital Robert-Debré pour faire des examens. Les médecins décèlent une fissure anale et écartent la constipation. La mère du petit montre également des slips de l’enfant "avec des traces blanches suspectes". Toujours à Buzzfeed, Stéphane dit être "persuadé que des animateurs étaient aussi présents" et que l’école "chercherait à couvrir tout ça". "Nous avons un nom d’une personne de l’équipe des animateurs, mais nous attendons l’issue de l’enquête pour le dévoiler". 

Le 23 juin, la famille se rend ensuite au commissariat de Montreuil, puis elle est auditionnée par la brigade des mineurs, et enfin rencontre l’unité médico-légale de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy pour vérifier que l'enfant n'ait pas contracté une Maladie sexuellement transmissible (MST). Mais ces nouvelles analyses montrent, selon l'unité, que la fissure anale pourrait avoir été causée par l’introduction d’un jouet ou par une constipation.

Une plainte pour diffamation

De son côté, la famille reçoit le soutien du M-UDC, un mouvement panafricain qui lutte contre "la suprématie et l’infériorité raciale" dont Stéphane, le père de Cais, est membre. A l'école maternelle, les discussions sont houleuses et lors d'une réunion informelle,  raconte Libération, le maire communiste Patrice Bessac est accusé par les soutiens de la famille, de couvrir l'affaire. "Depuis le début, l’enfant a la même version, il parle de faits qui se sont passés avec, autour de lui, trois enfants et un adulte, un animateur",  assure à L’Express Mwazulu Diyabanza, membre de l'UDC.

Pourtant, l'enquête n'a abouti sur rien. Selon la procureure de la République, "l’enquête diligentée à ma demande par la brigade des mineurs de la Sûreté territoriale n’établissant aucune infraction pénale caractérisée à l’encontre de quiconque, fait l’objet d’un classement sans suite". La mairie garde de son côté le silence, les parents d'élèves et les animateurs sont aussi à bout et la directrice de l'école Jules Ferry a même porté plainte pour diffamation tandis que la mobilisation autour de la famille de Cais, elle, continue. 

A LIRE AUSSI
>>  Victimes de pédophilie : pourquoi faut-il tant d'années pour que la parole se libère ?
>>  Montreuil : le directeur des Restos du cœur sera jugé pour dénonciation de crime ou délit imaginaire

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre - "Je voudrais dire quelque chose" : Salah Abdeslam s'adresse à la cour

"On marche sur la tête" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.