Mort d'Arthur Noyer : Nordahl Lelandais a reconnu une "bagarre" ayant entraîné une chute mortelle

Mort d'Arthur Noyer : Nordahl Lelandais a reconnu une "bagarre" ayant entraîné une chute mortelle

ENQUETE - Nordahl Lelandais, soupçonné de l'assassinat du caporal Arthur Noyer en avril 2017, a reconnu "spontanément" avoir "porté des coups" lors d'une "bagarre" ayant entraîné la "chute" mortelle du jeune militaire, a annoncé vendredi le parquet de Chambéry.

Ces déclarations ont été faites lors de son audition du 29 mars dernier. Nordahl Lelandais a reconnu "spontanément" avoir "porté des coups" à Arthur Noyer lors d'une "bagarre entre eux avec des échanges réciproques", a annoncé ce vendredi le parquet de Chambéry à l'AFP. Des coups ayant entraîné la "chute" mortelle du jeune militaire. 

Nordahl Lelandais était entendu par deux juges d'instruction chargés du dossier. Le mis en cause "admet donc uniquement avoir commis des violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", précise le parquet dans un communiqué transmis à l'AFP.

Toute l'info sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

Lire aussi

Nordahl Lelandais avait avoué le jeudi 29 mars avoir tué le caporal Arthur Noyer. Il avait déjà été longuement entendu dans ce dossier le 5 février. Il avait alors reconnu avoir pris en stop le jeune militaire de 23 ans le soir des faits, sans avouer l'avoir tué, ce dont la justice le soupçonnait.

Le caporal Arthur Noyer, membre du 13e Bataillon de chasseurs alpins (BCA), alors âgé de 23 ans, avait disparu dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 près de Chambéry après être sorti en boîte de nuit.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : le début de la vaccination avec Johnson & Johnson reporté en France

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

"Rouvrir les terrasses n'est pas un problème", assure Gérald Kierzek

Lire et commenter