Mort de Rémi Fraisse : le récit du gendarme qui a tiré la grenade

Mort de Rémi Fraisse : le récit du gendarme qui a tiré la grenade

BARRAGE DE SIVENS – Le Parisien a publié samedi des extraits du procès-verbal du gendarme qui a tué le jeune opposant au barrage Rémi Fraisse dans la nuit du 25 au 26 octobre. Il décrit une situation particulièrement tendue et des directives qui varient.

C’est un "homme choqué", selon le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie. Le maréchal des logis-chef J. a lancé la grenade qui a tué Rémi Fraisse le dimanche 16 octobre à 1 h 50 du matin sur le site du futur barrage de Sivens, dans le Tarn. Le procès-verbal consulté par Le Parisien permet d’en savoir plus sur les circonstances du geste de cet homme de 32 ans qui avait effectué un parcours sans faute au sein de la gendarmerie.

LIRE AUSSI >> Mort de Rémi Fraisse : "ll est décédé le mec, c'est vachement grave !"

A la tête d'un escadron de 8 hommes, ils se sont retrouvés au cours de la nuit à quelques dizaines de mètres de manifestants qui ont allumé des petits feux dans la forêt de Sivens. Selon les extraits du procès-verbal, le gendarme soumis au devoir de réserve raconte une atmosphère provocante et tendue, faite d'insultes.

"Les directives de notre commandement varient"

"On sent que l’atmosphère est lourde. La situation peut dégénérer d’un instant à l’autre (…) Petit à petit, la situation se dégrade", raconte le gendarme. "Ils jettent des projectiles sur les militaires (...) Ils provoquent. Ils harcèlent. Nous avons le sentiment qu'ils cherchent une réponse de notre part", poursuit-il. Sans répliquer pour le moment. "Dans un premier temps, les directives de notre hiérarchie sont claires, à savoir qu'on maintient notre position sans réplique de notre part", indique le chef de groupe.

La tension monte toutefois encore d’un cran. "L'agression des manifestants devient plus violente. Ils se rapprochent de nos positions. Ils sont de plus en plus nombreux. Les directives de notre commandement varient", explique le gendarme J. alors que le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et Denis Favier avaient affirmé cette semaine qu’aucune consigne de fermeté n’avait été donnée.

"lls étaient violents, agressif et motivés"

Des grenades lacrymogènes sont ensuite lancées. "La situation dégénère. La pression des manifestants s'accentue", poursuit-il. Des tirs de flash-balls sont réalisés visant les individus les plis virulents. "J'ai constaté qu'un groupe de 5 à 6 personnes déterminées venait vers nous. Il était suivi par un groupe plus nombreux. Ils étaient violents, agressifs et motivés. Ils nous projetaient des pierres", précise le gendarme dans son récit.

"Je prends la décision de jeter une grenade offensive", explique-t-il ensuite. "Je préviens les manifestants de mon intention. Je la dégoupille, il fait noir mais je connais leur position". Si le gendarme assure "éviter de l'envoyer sur les manifestants eux-mêmes", il précise toutefois : "Ils bougent beaucoup ". À ce moment-là, la grenade explose et les manifestants se dispersent. C’est alors que les gendarmes constatent un homme à terre. Selon le gendarme qui a tiré, le commandant d'unité annonce la mort du jeune homme, Rémi Fraisse au bout de "cinq à dix minutes". Le ministre de l’Intérieur avait annoncé jeudi l’interdiction de l’utilisation des grenades offensives pour les opérations de maintien de l’ordre à la suite de ce drame.

EN SAVOIR + >> Mort de Rémi Fraisse : les grenades offensives interdites, les gaz lacrymogènes mieux encadrés

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Alerte aux orages : 9 départements maintenus en vigilance orange

VIDÉO - Pluies "tropicales", grêlons, tornades : les images de la France frappée par les orages

EN DIRECT - Régionales en Paca : EELV lâche Felizia et appelle à faire barrage à l'extrême droite

Régionales 2021 : Paca, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté... douche froide pour le RN

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.