Mort de Rémi Fraisse : pas de "faute professionnelle" d'après l'enquête administrative

Mort de Rémi Fraisse : pas de "faute professionnelle" d'après l'enquête administrative

DirectLCI
SIVENS - L'enquête de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale sur la mort du militant écologiste, rendue publique mardi, conclut que les éléments sont insuffisants pour dire que les gendarmes ont commis une "faute professionnelle" en lançant une grenade offensive dans sa direction.

L'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a rendu ses conclusions mardi après-midi sur les circonstances de la mort de Rémi Fraisse. Son enquête écarte la "faute professionnelle" des gendarmes, vu le manque d'éléments à charge.

Le jeune militant Rémi Fraisse a été mortellement blessé dans la nuit du 25 au 26 octobre par une grenade offensive lancée dans sa direction par les forces de l'ordre au cours d'une manifestation contre la construction du barrage de Sivens, dans le Tarn.

Enquête judiciaire en cours

Cette enquête visait à déterminer les conditions dans lesquelles les opérations de maintien de l'ordre autour du projet de barrage avaient été conçues et exécutées depuis fin août. D'après l'IGGN, "la préparation de la manifestation du 25 octobre privilégie la concertation avec les organisateurs et le souci d'apaisement [...] et ce malgré les affrontements violents de la nuit précédente".

Pour le général Pierre Renault, auditionné mardi par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, "il reviendra à l'enquête judiciaire de déterminer l'exacte responsabilité et le degré de responsabilité imputable au lanceur".

EN SAVOIR +
>> Sivens : Bruxelles enquête sur le projet de barrage
>> Mort de Rémi Fraisse : nouvelles manifestations sous haute tension à Toulouse et Nantes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter