Mort de Shaoyao Liu : les avocats de la famille évoquent des "éléments douteux"

DirectLCI
FAIT DIVERS – Un peu plus de trois semaines après la mort de Shaoyao Liu, Chinois âgé de 56 ans, décédé chez lui à Paris après avoir été blessé par le tir d’un policier, les avocats de la famille de la victime s’étonnent que le fonctionnaire n’ait pas encore été convoqué par le juge d’instruction. Ils pointent par ailleurs du doigt plusieurs "éléments douteux" dans le dossier.

Les proches de la victime ont toujours contesté la version des policiers. Ce mardi, trois semaines après la mort de Shaoyao Liu, ressortissant Chinois mortellement blessé par le tir d’un fonctionnaire le dimanche 25 mars alors qu’il se trouvait à son domicile du 19e arrondissement, les avocats de la famille ont, à l’occasion d’une conférence de presse, pointé du doigt quelques "éléments douteux" de ce dossier. 


"Depuis la mort de Shaoyao Liu, il y a eu des avancées. Une enquête préliminaire a été ordonnée, le procureur de la République a trouvé que plusieurs questions se posaient et le 5 avril, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X pour 'violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, par une personne dépositaire de l’autorité publique', rappelle Pierre Lumbroso, avocat. Toutefois, nous sommes un peu surpris de  la qualification des faits qui a été retenue. Pour nous, l’information judiciaire aurait dû être ouverte pour homicide volontaire, pour meurtre". 

"Une blessure d’1,2 cm sur le policier"

Outre la qualification, les avocats se demandent également pourquoi treize jours après la désignation d’un juge d’instruction pour enquêter sur cette affaire, le policier "tireur" n’a toujours pas été convoqué. "Les choses ne bougent plus. Cela crée un vif émoi au sein de la communauté chinoise. Le fonctionnaire auteur du tir devrait être entendu pour être mis en examen ou pour être entendu en qualité de témoin assisté", poursuit Pierre Lumbroso. 


Pour les conseils de la famille Liu, les zones d’ombres sont en effet nombreuses et mériteraient bien des éclaircissements. "Parmi les éléments qui nous semblent douteux, il y a notamment la paire de ciseaux qu’aurait utilisée Monsieur Shaoyao Liu pour agresser l’un des trois policiers intervenus à son domicile (policier qui affirme que le quinquagénaire a voulu le "tuer" selon le PV d'audition révélé par L'Express ndlr). L’arme blanche a occasionné un trou de 5 mm dans le t-shirt du fonctionnaire et une blessure d’1,2cm au niveau de l’épaule. Si Monsieur Liu avait vraiment été agressif, la blessure aurait été bien plus profonde que cela. Ensuite, la position du tireur et la position du corps de Monsieur Liu ne correspondent pas aux constatations qui ont été réellement faites." 

La famille contrainte de déménager plusieurs fois

Depuis la mort de Shaoyao Liu, plusieurs manifestations ont été organisées en France par la communauté chinoise et Pékin a publiquement demandé que la lumière soit faite sur les circonstances du décès. "La communauté chinoise veut la vérité et espère que justice sera faite. Nous sommes dans un pays démocratique, nous pouvons faire confiance aux juges", a estimé Yasong Lin, autre avocat des Liu. 


La famille de la victime attend elle aussi beaucoup de la justice. Depuis le décès du quinquagénaire, Mme Liu et ses cinq enfants ont dû déménager plusieurs fois. "Ils ont été harcelés par les médias et ont dû quitter l’hôtel où ils avaient été logés après le drame. Depuis peu, ils vivent dans un appartement du 1er arrondissement que leur a proposé la mairie et contrairement à certaines rumeurs infondées qui viennent ajouter des maux à la peine de cette famille, ils paient un loyer", assure Me Yasong Lin. 


Selon nos informations, les obsèques de Shaoyao Liu auront lieu le vendredi 28 avril. Ces funérailles devraient rassembler beaucoup de monde. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter