Mort du gendarme Beltrame : les mots forts de ceux qui ont connu le héros

FAITS DIVERS
DirectLCI
HEROS - Les hommages pleuvent ce samedi depuis l'annonce de la mort de l'officier de gendarmerie Arnaud Beltrame, grièvement blessé la veille après avoir pris la place d'une otage lors de l'attaque terroriste d'un supermarché de Trèbes (Aude). Sa famille et ses amis ont raconté cet homme qui, par son acte de bravoure, est devenu un authentique héros national.

 Il est "tombé en héros" : Arnaud Beltrame, le lieutenant-colonel de gendarmerie est décédé ce samedi, portant à quatre morts le bilan de l'équipée meurtrière de Radouane Lakdim à Carcassonne et Trèbes. Sans hésiter, la veille, il avait donné sa vie en échange de celle d'une client du Super U que le terroriste avait pris en otage. Pour sa famille, l'acte de bravoure de Beltrame était toutefois une évidence, vu les convictions chevillées au corps de l'officier. "Il m'aurait dit, je fais mon travail maman, c'est tout", a confié sa mère vendredi soir sur RTL. "Ça ne m'étonne pas de lui (...) Il a toujours été comme ça, c'est quelqu'un qui, depuis qu'il est né, fait tout pour la patrie (...). Pour lui, c'est sa raison de vivre, défendre la patrie. C'est Arnaud ça, voilà, défendre les autres", a-t-elle ajouté.


"Il est parti en héros" mais il "savait certainement qu'il n'avait pratiquement aucune chance" et "il n'a pas hésité une seconde", a souligné de  son côté samedi matin son frère Cédric Beltrame, toujours sur RTL. 

"Courage et sens du sacrifice"

Samedi matin, une rose blanche était accrochée sur le portail de la caserne du groupement de gendarmerie départemental de l'Aude à Carcassonne, où deux gendarmes montaient la garde. Partout en France, les drapeaux et étendards des gendarmeries ont été mis en berne ce samedi. Le général Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie nationale a rendu un hommage appuyé à l'héroïsme d'Arnaud Beltrame, s'inclinant devant son "courage", son "sens du sacrifice" et son "exemplarité". 

Parmi les autres réactions amicales,  il y a aussi celle sur FranceInfo de Daniel Cerdan, ancien membre du GIGN. Il a salué la bravoure et le parcours de son camarade qui a succombé à ses blessures : "Arnaud, qui était un bon vivant un sportif, a appliqué l'adage de la gendarmerie 'une force humaine' et ayant appartenu au GIGN, il a appliqué l'adage 's'engager pour la vie'. Je suis un peu retourné dans le sens où je perds un camarade, mais je ne suis pas étonné qu'il ait pris tout de suite la place de l'otage. Il sert la République, il est au service de la nation", a-t-il témoigné.


De son côté, le maire d’Avranches, David Nicolas, qui avait côtoyé Arnaud Beltrame lorsqu’il était en poste dans le sud de la Manche entre 2010 et 2014, s'est dit bouleversé par sa disparition. "C’est un drame", a-t-il confié à nos confrères de Ouest-France. Toutefois, l'édile n’est pas surpris par son geste héroïque. "Ça lui ressemble totalement. C’était un gendarme de terrain. Un véritable soldat à côté de ses hommes. Un héros dans l’âme. Il avait besoin de l’action pour exister dans sa vocation de gendarme. Le connaissant, je le vois, dans le feu de l’action : 'c’est à moi d’assumer le risque'. Avec la conviction que seul lui pouvait le faire. En mesurant les risques… Il savait qu’il mettait sa vie en danger." Et de conclure : "C’est quelqu’un qui avait une capacité d’analyse dans l’action assez remarquable."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter