Mosquée de Valence : "des images de propagande djihadiste" retrouvées sur l'ordinateur du conducteur

Mosquée de Valence : "des images de propagande djihadiste" retrouvées sur l'ordinateur du conducteur

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE – L'audition de l'homme qui a foncé en voiture sur des militaires en faction devant une mosquée à Valence a commencé. Le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, a fait un point sur l'enquête ce samedi après-midi et révélé que "des images de propagande djihadiste avaient été retrouvées" dans son ordinateur.

La piste terroriste avait jusque là été "écartée" par les policiers en charge de l'enquête sur l'agression de quatre militaires devant la mosquée de Valence, dans la Drôme. De nouveaux éléments ont cependant été rapportés par Alex Perrin, le procureur de la République de Valence, lors d'un point presse ce samedi. Selon lui, "des images de propagande djihadiste ont été retrouvées dans le matériel informatique du conducteur", qui a été saisi à son domicile lors d'une perquisition.

"Ce sont des images que l'on peut télécharger, ça date de quelques semaines. Mais ce ne sont pas les images les pires, plutôt des slogans belliqueux. Cela montre que c'est quelqu'un de sensible à ça mais ne prouve pas qu'il ait des connexions avec des organisations terroristes". Et de poursuivre : "lors de sa première audition, ce samedi après-midi à l’hôpital, l’homme a encore affirmé avoir eu la volonté de passer à l’acte violent contre les militaires".

Vendredi vers 14h30, au volant d'un break rouge, un homme de 29 ans, originaire de Bron, dans la banlieue lyonnaise, avait foncé à deux reprises sur quatre militaires en faction devant la grande mosquée de Valence. Ceux-ci avaient riposté avant de le neutraliser.

"Tuer des militaires" et "être tué par des militaires"

L'agresseur avait "la volonté de se faire tuer par des militaires", a précisé Alex Perrin. "Il a évoqué le souhait qu'il avait de tuer des militaires, parce que les militaires tuent des gens. Et qu'il souhaitait être tué par des militaires", a-t-il répété.

"Le conducteur, âgé de 29 ans, est musulman pratiquant", a précisé le procureur. "Des témoins indiquent que lors de l’attaque, il aurait pu crier Allah Akbar. Lors d’un assaut, il semble également avoir fait une prière musulmane". "Le suspect est d'origine tunisienne mais de nationalité française", a-t-il ajouté. 

Pas d'antécédents psychiatriques

"Totalement inconnu des services de police", le suspect n'a pas d'antécédent psychiatrique, a souligné le procureur. Pendant l'agression, au moins trente coups de feu ont été tirés par les militaires", a-t-il précisé. Sérieusement blessé au bras et à la jambe, l'agresseur a été hospitalisé à Valence sous le régime de la garde à vue qui devrait être prolongée.

EN SAVOIR +
>> Ce que l'on sait du conducteur qui a foncé sur des militaires à Valence

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter