Mulhouse : l'enfant séquestré souffre de "carences éducatives très graves"

FAITS DIVERS
SEQUESTRATION - Samedi, le procureur de Mulhouse a livré des éléments sur l'état physique et psychique de l'enfant de huit ans retrouvé vendredi soir dans l'appartement de son père. Lequel l'avait privé de tout contact avec le monde extérieur depuis trois longues années.

Au lendemain de la sinistre découverte, les premiers éléments se font jour dans l'affaire de l'enfant de huit ans qui a été séquestré par son père trois ans durant. La jeune victime a été retrouvée vendredi, dans l'appartement qu'il occupait avec son géniteur, près de la gare de Mulhouse. Un logement "totalement insalubre, d'une saleté repoussante", et "très sommairement meublé", a fait savoir ce samedi le procureur de la ville, Dominique Alzeari, lors d'une conférence de presse.

LIRE AUSSI >> Un homme arrêté pour avoir séquestré son fils pendant trois ans

Face aux journalistes, le magistrat a rapidement donné des détails du calvaire enduré par l'enfant, littéralement coupé du monde pendant de longs mois et victime aujourd'hui de "carences éducatives très graves". S'il a été établi qu'il n'avait pas subi de violences physiques, le jeune garçon, "pas du tout éduqué" n'était "ni suivi médicalement, ni scolarisé". Privé de tout contact avec l'extérieur - à l'exception de quelques courses avec son père - il n'avait pour seul compagnon que le poste de télévision et des dessins animés qu'il regardait en boucle. "Il avait pris une habitude de prostration", a témoigné Dominique Alzeari, ajoutant que son père lui avait appris à parler doucement pour ne pas qu'on l'entende".

"Il a reconnu qu'il a fait n'importe quoi"

Le voisinage, justement, a fait part de sa totale stupéfaction face à cette affaire. Sans histoires, ce ressortissant tunisien âgé de 37 ans n'a jamais fait parler de lui dans l'immeuble, où personne ne s'est rendu compte de la présence d'un enfant dans son appartement. "Non non, on n'a rien remarqué, l'enfant n'est jamais sorti, il n'était jamais à la fenêtre", confie ainsi à l'AFP une dame habitant de l'autre côté de la rue. Le père, "c'est quelqu'un de très discret, j'ai jamais entendu un bruit, rien du tout", confirme un voisin de palier à l'agence de presse.

Placé vendredi en détention provisoire, l'homme encourt 30 ans de réclusion. Il a été mis en examen pour enlèvement, séquestration et soustraction à ses obligations parentales. "Il a reconnu lui-même qu'il a fait n'importe quoi, qu'il n'a pas été à la hauteur, qu'il ne s'est pas bien occupé de l'enfant", a souligné le procureur, relevant qu'il avait essayé de se justifier en affirmant, à propos de l'enfant, que la mère "ne l'éduquait pas bien, ce qui n'est absolument pas avéré".

Le petit garçon aurait choisi de vivre avec son père, selon l'avocat de ce dernier, qui précise qu'il n'y a eu "ni enlèvement, ni séquestration". "La situation n'a pas été prise par le bon bout, mais c'est un père aimant" a ajouté l'avocat.

"Peu de désir" de revoir sa mère

Séparé de cette dernière depuis 2010, le mis en cause, qui résidait à Nice, a quitté la Côte d'Azur en octobre 2012 avec son fils, sans laisser d'adresse. La mère a fini par déposer plainte en 2013, déclenchant les investigations de la justice. En février 2014, elle a officiellement obtenu la garde de l'enfant, mais ce n'est qu'en septembre 2015, grâce à la géolocalisation de son téléphone portable que les enquêteurs ont pu repérer le père en Alsace. Grâce au concours de l'un de ses derniers employeurs, chez qui il venait récupérer son solde de tout compte, qu'il a pu être arrêté. Selon son avocat, le père n'aurait pas eu connaissance de la décision de justice qui plaçait son fils sous la garde de son ex-femme.

De son côté, la mère a pu revoir son enfant, même si ces retrouvailles ne se sont pas bien passées. Son fils a manifesté "peu de désir de la revoir", car il a subi une "coupure énorme" et est "en perte total de repères vis-à-vis" d'elle, a révélé Dominique Alzeari. En attendant le travail de reconstruction, le jeune garçon a été confié à une famille d'accueil. 

Lire et commenter