Mulhouse : l'escroquerie à l'assurance vire à l'incendie meurtrier

Mulhouse : l'escroquerie à l'assurance vire à l'incendie meurtrier

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Un jeune homme de 18 ans et son oncle comparaîtront à partir de lundi, devant les assises pour mineurs de Colmar, pour leur responsabilité dans un incendie volontaire qui avait causé la mort de trois personnes à Mulhouse, en novembre 2011.

Ce devait être une simple affaire d'escroquerie à l'assurance. C'est finalement pour leur responsabilité dans la mort de trois personnes qu'un jeune homme de 18 ans et son oncle de 35 ans seront jugés, ce lundi, par la cour d'assises des mineurs du Haut-Rhin. Âgé de 16 ans à l'époque des faits, l'adolescent avait admis avoir mis le feu, au petit matin du 1er novembre 2011, au local commercial que louait son oncle, avant de prendre la fuite. L'explosion puis l'incendie qui s'en était suivi avaient alors ravagé cet immeuble de la rue Thann, à Mulhouse, et causé la mort d'un jeune homme de 18 ans, de sa mère de sa mère de 49 ans et de sa grand-mère, la propriétaire de l'immeuble, âgée de 84 ans.

Dans le box des accusés, l'oncle sera au côté de son neveu : selon le jeune homme, c'est sur les ordres de son aîné qu'il aurait agi, afin de toucher l'argent de l'assurance. Peu après l'incendie, l'ancien "taxiphone", qui avait cessé son activité depuis des mois, s'était d'ailleurs présenté à son assureur pour lancer la procédure d'indemnisation. Sauf que son contrat était résilié depuis des mois, faute de non-paiement des primes.

L'oncle nie en bloc

Lors de son interpellation, en janvier 2012, le commerçant avait nié toute implication dans le drame. Pourtant, à l'heure des faits, les enquêteurs ont pu démontrer qu'il était en contact téléphonique fréquent avec son neveu, et l'accusation soutient par ailleurs qu'il lui a "donné des instructions précises" pour pénétrer dans le local et provoquer l'incendie. Autre élément à charge, qui l'a conduit à être placé en détention provisoire jusqu'à ce jour, son passé judiciaire : décrit comme un homme violent, il compte pas moins de douze mentions dans son casier, dont deux escroqueries à son assurance-voiture et une condamnation en mai 2008 à cinq mois de prison à Liège, en Belgique, pour trafic d'héroïne.

Son neveu, qu'il avait pris sous son aile, était quant à lui suivi par un juge des enfants de Mulhouse et avait fait plusieurs séjours dans des foyers. Début 2012, il a passé quatre mois en détention provisoire. Les deux hommes, probablement jugés à huis clos selon l'avocat de l'adolescent, risquent la réclusion criminelle à perpétuité. Verdict attendu mercredi soir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter