"Mur des cons" du syndicat de la magistrature : il y aura un procès

"Mur des cons" du syndicat de la magistrature : il y aura un procès

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Lundi, la cour d'appel de Paris a confirmé le renvoi en correctionnelle pour "injures publiques" de la présidente du Syndicat de la magistrature (SM), Françoise Martres, dans l'affaire du "mur des cons".

Le "mur des cons" aura droit à son procès. Lundi, la Cour d'appel de Paris a confirmé le renvoi en correctionnelle de la présidente du Syndicat de la magistrature (SM), Françoise Martes, pour "injures publiques". Cette affaire avait été révélée en 2013 par le site Atlantico, qui avait obtenu les images par un journaliste de France 3.

Le SM "serein"

Sur celles-ci, dans les locaux du SM, on pouvait y voir un panneau, baptisé le "mur des cons", où étaient collées les portraits de nombreuses personnalités, surtout de droite : Brice Hortefeux, Nadine Morano ou encore Christine Boutin. A l'époque, l'affaire avait provoqué un tollé, relançant le débat sur l'indépendance des magistrats et, surtout, ouvrant la voie à une douzaine de plaintes.

LIRE AUSSI >> Syndicat de la magistrature : qui sont les "cons" qui ont porté plainte ?

Pour sa défense, le Syndicat de la magistrature avait évoqué un "défouloir (…) dans un lieu privé (...) qui n'est pas accessible au public". "On ne peut que regretter cette décision», a déclaré à l'AFP Françoise Martres, ce lundi, après l'arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. "On ne peut pas considérer comme éditeur quelqu'un qui n'a pas voulu rendre public quelque chose", a-t-elle expliqué. Dans un communiqué, le SM a assuré attendre l'audience avec "sérénité".

Sur le même sujet

Lire et commenter