Nancy : 10 et 12 de prison pour le viol de leur fille de 8 mois

Nancy : 10 et 12 de prison pour le viol de leur fille de 8 mois

FAIT DIVERS - Une mère de famille a été condamnée à de la prison ferme pour le viol de son bébé, ainsi que son compagnon, ce mardi, par la cour d'assies de Meurthe-et-Moselle. Au moment des faits, la victime était âgée de 8 mois.

En décembre 2008, les urgences de Nancy admettent une fille de 8 mois, qui souffre de lésions génitales, pour lui poser des sutures. Hospitalisation qui faisait suite à la mise en examen de la mère du nourrisson et de son compagnon, qui n'est pas le père biologique de l'enfant. Les examens effectués avaient révélé des pénétrations, à tout le moins digitales, sur l'enfant.

15 ans de prison avaient été réclamés

Les deux amants avaient reconnu les plaies et les saignements, mais avaient nié toute violence. Six ans plus tard, ce mardi, la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle les a respectivement condamnés à 10 et 12 ans de réclusion criminelle pour viol. Une peine moins élevée que celle souhaitée par l'avocate générale, qui avait réclamé 15 années d'emprisonnement pour chacun des accusés.

"Cette peine ne réparera jamais le préjudice qu'a subi la victime. Elle lui permettra de savoir que la justice n'a pas dénié son statut de victime comme le font (les accusés) depuis six ans", avait-elle lancé au terme de son réquisitoire, mardi matin.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers

La victime se développe "normalement" malgré sa "crainte de l'adulte"

Le procès avait mis en avant le "niveau intellectuel assez bas" de la mère et de son compagnon, ainsi que l'enfance traumatisante de l'accusée, placée dès l'âge de 6 mois pour cause de violences de la part de sa mère. Vivant isolément dans leur maison de Malzéville, dans la banlieue de Nancy, ils étaient les parents d'un enfant de 5 ans et d'une autre fille de 2 ans et demi, qui ont été tous les deux placés.

Après le verdict, l'avocat des parties civiles a salué "une réponse judiciaire avec laquelle la victime va envisager de se reconstruire et aller de l'avant." Commentant la vie de la petite, âgée de 6 ans, il a indiqué qu'elle se développait "normalement" malgré "une crainte de l'adulte". De son côté, la défense envisageait un appel après le procès.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.