Nantes et Toulouse : des manifestations dégénèrent contre les policiers

Nantes et Toulouse : des manifestations dégénèrent contre les policiers

DirectLCI
MANIFESTATIONS – Des incidents ont émaillé les deux manifestations organisées samedi à Nantes et Toulouse contre les violences policières et pour soutenir les "zones à défendre". Manifestants et forces de l’ordre se sont affrontés, faisant un blessé dans les rangs des policiers.

Les manifestations ont dégénéré. Ils étaient quelque 800 manifestants à Nantes contre les violences policières et 450 à Toulouse en soutien aux "zones à défendre" (ZAD) ce samedi. Et plusieurs incidents avec les forces de l’ordre ont émaillé ces défilés.

Un policier blessé

A Nantes, le défilé était organisé tout juste un an après la manifestation violente du 22 février 2014, qui avait réuni de 20.000 à 50.000 personnes contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Trois manifestants avaient alors été blessés après des tirs de Flashball.

LIRE AUSSI >> Sivens : la justice ordonne l'expulsion d'une partie des ZADistes

La tension est montée samedi après-midi, quand des manifestants encagoulés ont jeté des pierres vers les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec des canons à eau pour tenter de les disperser. Un policier a été blessé légèrement au thorax par un jet de pierres et transporté au CHU. Deux manifestants ont été interpellés, l'un pour port d'arme et l'autre pour jet de projectile.

Des vitrines détruites

À Toulouse, les manifestants dénonçaient "l'agriculture intensive et le monde des bétonneurs". Les forces de l'ordre ont répliqué aux jets de peinture des manifestants par des gaz lacrymogènes. Des vitrines de magasins ont été détruites par des projectiles.

LIRE AUSSI >> Au barrage de Sivens, c'est la guerre entre les riverains et les zadistes

En tête de cortège, on pouvait voir une banderole à la mémoire du jeune écologiste Rémi Fraisse, tué par une grenade défensive lancée par la gendarmerie en octobre dernier sur le site du projet contesté du barrage de Sivens, dans le Tarn. "Je suis Rémi et toutes les autres victimes de la police", "On n'oublie pas, on ne pardonne pas", était-il inscrit.

EN SAVOIR +

>> Zadistes et volontaires pour sauver un parc marseillais

>> Mort de Rémi Fraisse : "Il est décédé le mec, c'est vachement grave !"

>> Sivens : les proches de Rémi Fraisse racontent ses dernières heures

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter