Nantes : "Le premier réflexe d'une personne qui se sent autant coupable, c'est le déni", estime l'avocat du policier

FAITS DIVERS
DirectLCI
INTERVIEW - Le policier qui a tiré sur un jeune conducteur dans le quartier du Breil, à Nantes, est finalement revenu sur sa première version des faits lors de sa garde à vue. Au micro de LCI, son avocat a expliqué ce vendredi après-midi que son client, "dévasté par son acte", avait menti avant de révéler la vérité : le tir était en fait accidentel.

Le policier qui a tué un jeune homme mardi soir à Nantes lors d'un contrôle de police a  finalement affirmé aux enquêteurs avoir tiré "par accident". Il a ainsi contredit sa première version portant sur la légitime défense. Selon nos informations, le fonctionnaire a en effet indiqué aux enquêteurs de l'IRCGN qu'il n'avait pas cherché à "neutraliser" l'individu dans sa fuite en tirant volontairement sur lui, mais lui avoir tiré dessus de façon accidentelle. 


"Le fait de mentir spontanément quand on est atteint comme mon client par un tel sentiment de culpabilité, c'est logique.

Il a fait un tir accidentel. Ce tir accidentel a conduit à la mort d'un jeune homme et mon client est dévasté par son acte. Le premier réflexe de la personne qui se sent autant coupable, c'est le déni et notamment le déni à l'égard des institutions qui l'ont entendu", a commenté ce vendredi après-midi au micro de LCI Laurent-Franck Lienard, l'avocat du fonctionnaire. 

"Son premier réflexe a été de mentir"

Le CRS a été placé en garde à vue jeudi midi pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Selon nos informations, il a expliqué avoir tenté avec sa main de prendre le jeune homme par le bras (qui était alors au volant) et de le stopper. Mais, a-t-il poursuivi, il avait son pistolet dans l’autre main et dans l'agitation, le coup est parti, par accident. 


"Son premier réflexe a été de mentir. Il lui a fallu le temps de la réflexion, le temps de se remettre (…) et tout cela a conduit à ce qu'il révèle la vérité de manière beaucoup plus apaisée, en affrontant l'institution judiciaire parce qu'il va être mis en examen, il va être poursuivi bien évidemment, a souligné son avocat. Aujourd'hui, il est plus serein sur l'acte qu'il a commis, qu'il regrette, qu'il regrettera toute sa vie mais qui n'est qu'accidentel". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter