Nantes : les deux auteurs présumés du meurtre de Romain Barré disent l’avoir jeté vivant dans la Loire

Nantes : les deux auteurs présumés du meurtre de Romain Barré disent l’avoir jeté vivant  dans la Loire
FAITS DIVERS
DirectLCI
FAIT DIVERS – Les deux jeunes hommes de 16 ans et 19 ans mis en examen puis écroués dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Romain Barré, à Nantes (Loire-Atlantique), ont déclaré pendant leur garde à vue avoir jeté vivant l’agent immobilier dans La Loire. Aucun examen médical ne permet aujourd’hui de confirmer ces déclarations.

L’information a été donnée ce jeudi, dans la matinée, alors que la chambre de l’instruction examinait la demande de remise en liberté de Cécile, 18 ans. La jeune fille a été mise en examen le 10 octobre pour complicité de meurtre aggravé et placée en détention provisoire dans le cadre de l’enquête concernant  Romain Barré, agent immobilier âgé 38 ans, disparu dans la nuit du 27 au 28 septembre à Nantes. Le corps du trentenaire a été retrouvé vingt-et-un jours plus tard, le 19 octobre, dans la Loire. 


Au cours des débats auxquels le public et la presse pouvaient assister ce jeudi matin, les juges ont révélé quelques extraits des auditions des jeunes hommes, âgés de 16 et 19 ans, mis en examen dans cette affaire et écroués pour meurtre aggravé. Ils auraient notamment déclaré avoir jeté l’agent immobilier dans la Loire alors que ce dernier était encore vivant. 

Un scénario terrifiant

Ainsi, comme le rapporte Le Télégramme, dans la nuit du 27 au 28 septembre, les deux suspects se seraient approchés de la voiture de l’agent immobilier pour "commettre une dinguerie". "Il a commencé à l’étrangler en se positionnant sur le siège arrière, tandis que l’autre lui assène des coups de poing pour que la victime arrête de se débattre", ont relaté  les magistrats ce jour. Et de poursuivre : "L’un est allé chercher des fils avec des cosses dans le coffre, l’a placé autour du cou et a tiré jusqu’à ce qu’il ne se débatte plus". 


Les deux hommes déclarent ensuite avoir placé le corps de Romain Barré dans le coffre avant de se rendre sur le quai du hangar à bananes, sur l’île de Nantes. "Ils ouvrent le coffre et jettent le corps de Romain Barré dans la Loire. Monsieur Barré respirait bruyamment, il était encore vivant", ont précisé alors les juges, reprenant les procès-verbaux des auteurs présumés.  

Aucune preuve médicale

"Les juges ont repris les déclarations des deux accusés de meurtre aggravé faites au cours de leur garde à vue selon lesquelles ils auraient jeté Romain Barré vivant dans la Loire, commente le parquet de Nantes, joint par LCI. Mais l’autopsie ne permet pas de vérifier cela. Des expertises sont en cours. Les résultats permettront  de confirmer ou d’infirmer ce fait. D’un point de vue médical et scientifique, rien ne permet de l’affirmer aujourd’hui".  


L’avocate de la compagne de Romain Barré, Cécile de Oliveira va elle aussi dans ce sens. "Imaginez le choc pour ma cliente en lisant les articles sur Internet ce jeudi. Maintenant, nous n’avons aucune preuve médicale. Nous attendons les résultats ", indique-t-elle à notre rédaction. 

Décision vendredi pour la complice présumée

En couple depuis cinq mois avec l’un des protagonistes présumés, Cécile, 18 ans, déclare qu’elle n’était pas avec les deux meurtriers présumés dans la Peugeot 607 de Romain Barré, mais qu’elle se trouvait dans une Clio qui les suivait. 


Impossible, pour l’avocat général, qu’elle n’ait pas vu les deux hommes jeter Romain Barré dans la Loire. Le parquet s'oppose catégoriquement à sa remise en liberté. La chambre de l'instruction rendra sa décision concernant la demande de remise en liberté vendredi à 10 heures.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter