Nantes : l'expulsion d'une locataire vire au grand n'importe quoi

Nantes : l'expulsion d'une locataire vire au grand n'importe quoi

FAITS DIVERS - Une femme âgée de 40 ans a été interpellée et placée en garde à vue lundi pour avoir notamment commis des violences sans interruption temporaire de travail (ITT) sur personne dépositaire de l'autorité publique. Celle-ci n'aurait pas accepté l'idée de déménager.

Elle était connue pour tapage nocturne et agressivité verbale. Elle en a fait une fois de plus l'usage lundi dernier avant d'être interpellée et placée en garde à vue.

Vers 14 h 35, ce 11 avril, deux agents d'un bailleur social se rendent rue des Suisses à Nantes (Loire-Atlantique) où une de leurs locataires est sommée de déménager. Visiblement pas décidée à partir de chez elle, la femme âgée de 40 ans aurait alors proféré des insultes à caractère racial sur un des employés. Très énervée, elle n'en serait pas restée là et s'en serait prise ensuite à ses voisins en déposant sur leur paillasson de l'urine et de la mayonnaise.

Appelés en renfort

Des policiers appelés pour calmer la locataire ont eux aussi été agressés par la quadragénaire. Après les avoir bousculés, elle aurait ensuite craché sur l'un d'entre eux,

Interpellée et placée en garde à vue, la locataire n'a pas reconnu les injures raciales et dit en pas se souvenir du crachat sur le fonctionnaire. Celle-ci n'était pas alcoolisée au moment des faits mais sous antidépresseur. Elle est convoquée le 11 octobre prochain devant le tribunal correctionnel de Nantes où elle devra répondre de "violences sans interruption temporaire de travail (ITT) sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "d'insultes à caractère racial".

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Couvre-feu : en Italie, la Sardaigne passe en "zone blanche"

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Covid-19 : Moselle, Haute-Garonne, Nice... Les mesures de restrictions locales se multiplient

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Lire et commenter