Nice : 20 ans de réclusion pour le pédophile Aurélien Jarrier

FAITS DIVERS
JUSTICE – Après 12 jours de procès, le pédophile récidiviste Aurélien Jarrier a été condamné vendredi 24 octobre à 20 ans de réclusion criminelle.

La peine maximale. Accusé de viols et d'agressions sexuelles sur 19 enfants, l'animateur pédophile récidiviste Aurélien Jarrier a été condamné vendredi à 20 ans de réclusion criminelle par la Cour d'assises de Nice (Alpes-Maritimes). Une peine assortie d'une période de sûreté des deux tiers, d'une obligation de suivi socio-judiciaire pendant dix ans à la sortie de prison et d'une injonction de soins.

EN SAVOIR + >> Nice : la peine maximale requise contre l'animateur pédophile

Le verdict a été accueilli avec un immense soulagement par les victimes après douze jours d'un procès à huis clos éprouvant. "Cela m'a enlevé un poids énorme, c'est un bon début, j'étais tellement renfermé sur moi-même", a confié l'une des victimes du pédophile.

Coupable de cinq viols

La cour d'assises a reconnu Aurélien Jarrier coupable d'avoir violé cinq mineurs et d'avoir perpétré de nombreuses agressions sexuelles sur d'autres enfants. Les jurés ont toutefois rejeté des accusations d'agressions sexuelles sur trois enfants et la corruption de mineur d'un autre.

Sortant de son mutisme quelques heures avant le verdict, l'accusé de 38 ans avait créé la surprise vendredi matin en reconnaissant avoir fait quinze victimes et en leur demandant pardon. Jusqu'à présent, Aurélien Jarrier avait nié tout viol et concédé a minima l'agression sexuelle de quatre enfants.

EN SAVOIR + >> Pédophilie : rebondissement au procès d'Aurélien Jarrier

Mis en examen en Alsace en mars 2007 pour agressions sexuelles alors qu'il était directeur d'un centre de vacances près de Colmar, Aurélien Jarrier avait été libéré au bout d'un an et placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès. En décembre 2013, le tribunal correctionnel de Colmar l'avait condamné à six ans de prison pour agressions sexuelles en 2006 sur onze autres petits garçons.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter