Enlevée puis frappée par son père et ses frères pour qu'elle ne puisse pas avoir de liaison amoureuse

Enlevée puis frappée par son père et ses frères pour qu'elle ne puisse pas avoir de liaison amoureuse

DirectLCI
SORDIDE – Une adolescente de 17 ans a été enlevée puis séquestrée et frappée durant plusieurs jours, près de Nîmes. Le père et les deux frères de la victime, accusés d’avoir participé à l’enlèvement, ont été arrêtés. D’après l’enquête, ces derniers n’auraient pas supportés que la jeune fille entretienne une liaison.

Le pire a sans doute été évité. Une jeune fille de 17 ans a été retrouvée vivante dans une maison à Saint-Chaptes, village près de Nîmes, attachée sur une chaise, le visage tuméfié, dans l'impossibilité de faire ses besoins et très peu nourrie pendant plusieurs jours.


Lundi, l’adolescente avait été embarquée de force dans un véhicule devant son lycée à Nîmes, d’après des témoins présents sur place. Plusieurs d’entre eux ont tenté de s’interposer, notamment l’éducateur de la victime, en vain. Ce dernier a même été frappé. 

"Placée sous protection judiciaire pour violences paternelles"

La jeune fille "était placée sous protection judiciaire pour des motifs liés à des violences paternelles", précise une source judiciaire à nos confrères de Midi Libre. Une information qui a permis aux enquêteurs d’orienter très rapidement leurs recherches. Résultat, le père de la jeune fille a été placé en garde à vue puis mis en examen pour les violences commises sur l'éducateur et sa participation à l'enlèvement en bande organisée. Ce dernier a expliqué ne pas supporter que sa fille puisse avoir une liaison.

 

Les deux frères ont été également interpellés et placés en garde à vue, suspectés d'avoir participé à l'enlèvement et d'avoir frappé leur sœur pendant ces trois jours. Au terme de leur garde à vue, ils ont fait l'objet d'un transfert au tribunal de grande instance de Nîmes. 


Le parquet réclame leur mise en examen pour enlèvement en bande organisée et actes de torture et de barbarie. Le magistrat a églement requis le placement en détention des deux frères. Le juge des libertés et de la détention doit examiner leur sort.

Plus d'articles

Sur le même sujet