Meurtres d'Arthur Noyer et de Maëlys : la troublante personnalité de Nordahl Lelandais

FAIT DIVERS – Après des mois de déni, Nordahl Lelandais a finalement admis avoir tué le caporal Arthur Noyer, après avoir également reconnu être à l'origine de la mort de la petite Maëlys. Retour sur la personnalité de cet ancien militaire.

Il n'en serait donc pas à son premier crime. Après avoir reconnu avoir tué la petite Maëlys, morte la nuit d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, Nordahl Lelandais est passé aux aveux jeudi 29 mars dans l'autre dossier dans lequel il est mis en examen pour "assassinat" : la disparition du caporal Arthur Noyer. 

Et les enquêteurs ont d'ores et déjà commencé à rechercher d'éventuels liens entre le suspect et d’autres disparitions survenues par le passé. Une famille, celle de Malik Boutvillain, disparu en 2012, a d'ailleurs porté plainte pour espérer des avancées dans ce sens. Alors que certains voient déjà en Nordahl Lelandais "l’ombre d’un tueur en série", LCI revient sur le profil de cet ancien militaire âgé aujourd’hui de 34 ans.

Engagé dans l’armée à 19 ans

Né le 18 février 1983 à Boulogne-Billancourt, Nordahl Lelandais a toujours été fasciné par les chiens. A 19 ans, il intègre le 132e bataillon cynophile de l'armée de Terre à Suippes, près de Châlons-en-Champagne. 


Nommé caporal en novembre 2003, le maître-chien quittera finalement l'armée en avril 2005 avec ce grade. Il est réformé cependant pour "troubles psychologiques". Son dossier médical militaire, demandé par l'instruction, n'est pas encore arrivé. Selon les informations de France 2, "il consommait des stupéfiants et avait accidentellement mis le feu à sa chambre en 2004 ".

En vidéo

VIDEO - Disparition de Maëlys : ce que l'on sait du suspect

Echec et "petits boulots"

Nordahl Lelandais retourne alors vivre chez ses parents à Domessin en Savoie. Il tente de se lancer dans l'éducation canine, dépose les statuts d'une entreprise. Son activité ne décolle pas et fait vite faillite. Nordahl Lelandais enchaîne alors les petits boulots, les missions d'intérim et consomme à l’occasion des stupéfiants, notamment de la cocaïne. 


Fin avril 2009, il est condamné à 30 mois de prison, dont 12 ferme, pour avoir cambriolé et incendié un an plus tôt, avec d'autres, un restaurant du lac de Paladru, dans le nord-Isère. Il bénéficie d'une libération conditionnelle en octobre 2010. Concernant cette affaire, Nordahl Lelandais "nie y avoir participé", selon une source proche du dossier citée par l'AFP. 


Par la suite, Nordahl Lelandais occupe à nouveau des petits boulots dans la région de l'Isère. 

Défendu par sa famille

Depuis l’affaire Maëlys, la famille de Nordahl Lelandais n’a cessé de le défendre. Interrogée par LCI/TF1 début septembre, sa mère, Christiane Lelandais déclarait : "C’est impossible qu’il fasse une chose pareille. C’est impossible. On cherche un coupable et on trouve un jeune homme parce que quand il était jeune il a fait des bêtises, des petites bêtises et là maintenant, on trouve le coupable, voilà". 


Après une visite en prison début octobre, sa mère rapportait à RTL les propos tenus par son fils au cours du parloir : "Il m'a dit : 'Mais maman, je te le jure, je te l'assure', les yeux dans les yeux. Je le crois. S'il était coupable de quelque chose, il aurait la tête qui changerait. Il serait différent. Il ne pourrait pas me mentir jusqu'à ce point-là. S'il y avait eu le moindre doute, je l'aurais ressenti. Mais là, non. On s'est embrassés, on s'est pris dans les bras et on était heureux tous les deux."


Son père a lui aussi toujours soutenu que son fils était innocent. Début décembre encore, estimant que les enquêteurs n’avaient "pas de preuve",  il répétait sur RTL : "C'est un garçon qui est très gentil, qui aime bien les enfants. Jamais, jamais il ne ferait une chose comme ça"

En vidéo

Affaire Maëlys : "C'est impossible que mon fils est fait une chose pareil", la mère du suspect écroué témoigne

" Violent", "menteur", "agressif"

D'autres pourtant ont une opinion totalement différente de cet homme. Dès fin septembre, Le Dauphiné révélait des extraits de procès-verbaux de plusieurs jeunes femmes ayant partagé le passé de Nordahl Lelandais et entendues dans le cadre des investigations par la section de recherche de Grenoble. Les jeunes femmes l’ont alors décrit comme "manipulateur", "menteur" et "violent". L’une d’entre elles aurait même confié avoir été emmenée dans les bois par Nordahl, "pour s’expliquer". "J’ai cru vivre ma dernière heure", a confié la jeune femme aux gendarmes. 


Un ex-employeur de Nordahl s’était confié lui à la même période au Parisien. Voici le souvenir qu’il garde de Nordahl Lelandais : "Il était chauffeur chez nous il y a cinq ans. Au départ, ça s'est bien passé. Puis il est devenu ingérable, agressif, il me faisait peur. Quand j'ai voulu mettre fin à notre collaboration, il a menacé de mettre le feu à mon entreprise. Il est parti de lui-même, un sacré soulagement."


Dans Paris Match, toujours en septembre, certains voisins voyaient en lui un "gentil gars". D’autres étaient nettement plus méfiants indiquant que "depuis plusieurs années, il fréquent[ait] des gens impliqués dans le trafic de drogue. Et qu’il y particip[ait] aussi."

Un suspect qui conteste l’ensemble des faits

Début décembre, à l’occasion d’une conférence de presse au cours de laquelle il avait livré des éléments de téléphonie et des détails sur un cliché montrant une silhouette blanche à l’avant d’une Audi, le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat avait évoqué le comportement de Nordahl Lelandais. "Le suspect a une explication pour tout. il s'exprime calmement, avec beaucoup de sang-froid", avait-il dit. Mercredi 20 décembre, Thierry Dran, procureur de Chambéry a lui indiqué : "Comme la loi le permet, Nordahl Lelandais n’a pas répondu aux questions". 

Dans l’affaire Maëlys comme dans l’affaire Noyer, Nordahl Lelandais a d'abord reconnu sa présence sur les lieux mais contesté l’ensemble des faits qui lui sont reprochés. Une persistance à refuser de donner des explications qui persiste depuis ses aveux concernant Maëlys. En effet, s'il a reconnu avoir tué la petite "accidentellement", il a toutefois refusé d'en dire plus sur la façon dont les faits s'étaient déroulés.

"Un Dr Jekyll et Mister Hyde" ?

Depuis que son nom est apparu dans les médias, de nombreuses photos de Nordahl Lelandais ont circulé sur la toile. Le trentenaire apparaît souvent tout sourire, les cheveux ras et athlétique.  


Selon une source citée par l'AFP, il a beaucoup changé physiquement depuis son placement en détention. "Il porte la barbe, grise, et ses cheveux ont poussé, poivre et sel. Il est méconnaissable", confie une source proche du dossier, pour qui "le physique est parfois le reflet de l'esprit". Enquêteurs et magistrats envisagent la piste d'"un Dr Jekyll et Mister Hyde" mais ne disposent pas encore d'une expertise psychologique.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter